Ou est passee la commission de desarmement des gangs armes… ?

Petion-Ville, Delmas, Tabarre, Croix-des-Bouquets, Port-au-Prince, Carrefour… aucune commune de l’aire metropolitaine n’echappe a la furie des bandits qui kidnappent, tuent, pillent, bloquent des axes routiers en toute impunite. Reactivee par le president Jovenel Moise a travers un arrete presidentiel publie le 8 mars 2019, la Commission nationale de desarmement, demantelement et reinsertion devait permettre le <>. Depuis plusieurs mois, la CNDDR est sortie des radars…

<>, a confie au Nouvelliste Jean-Rebel Dorcenat, le membre le plus influent de la CNDDR.

Interroge sur la recrudescence de l’insecurite et les cas de kidnapping, Jean-Rebel Dorcenat a fait remarquer qu’on ne peut pas convaincre les kidnappeurs a integrer le programme de reinsertion parce qu’ils gagnent beaucoup d’argent dans un seul cas d’enlevement. Cependant, il estime qu’il y a des jeunes de moins de 18 ans dans les groupes armes qui peuvent etre encore sauves. C’est pourquoi il a appele le gouvernement a adopter le plan d’action strategique de la CNDDR qui permettra de poser des actions sociales dans les quartiers populaires.

A deux reprises, la CNDDR a tente de presenter au gouvernement en place le plan strategique de securite. <>, selon des sources officielles qui se sont confiees au Nouvelliste.

Encore une fois, Jean-Rebel Dorcenat a soutenu que la CNDDR avait mis a la disposition des autorites des documents dans lesquels figurent les noms des 11 familles impliquees dans le trafic et la vente de munitions dans le pays qui alimentent les groupes armes. Il a souligne que la CNDDR avait donne le document a Jean Michel Lapin, le Premier ministre d’alors. <>, a-t-il rappele.

Le gouvernement de Joseph Jouthe avait cree un groupe de travail pour la mise en oeuvre de la Strategie nationale de desarmement, demantelement, reinsertion et reduction de la violence communautaire (SNDDR/RVC) qui devait permettre d’aboutir a un climat de securite publique et d’apaisement social au benefice de toute la population.

La Strategie nationale (SNDDR/ RVC) a ete preparee par la Commission nationale de desarmement, demantelement et reinsertion (CNDDR), avec l’appui technique et logistique du Bureau integre des Nations unies en Haiti (Binuh). Apres le depart de Joseph Jouthe, ce document s’est evapore dans la nature…

La Strategie nationale de desarmement, demantelement et reinsertion (SNDDR) plaide d’abord pour une approche basee sur le desarmement, le demantelement des groupes armes et la reinsertion de leurs membres desarmes (DDR). Il s’agit de la definition de la politique gouvernementale en matiere de gestion des armes et des munitions et la mise en oeuvre d’un processus de desarmement communautaire des groupes armes sur une base volontaire. <>, lit-on dans le document, qui precise que les individus armes qui sont sujets a des poursuites judiciaires devront repondre de leurs actes et ne sont donc pas consideres dans les interventions de la CNDDR.

<>, lit-on dans la SNDDR.

L’autre approche est la Reduction de la violence communautaire (RVC). <>, precise la SNDDR, soulignant que la reduction de la violence exige une reduction fondamentale du niveau de circulation des armes a feu en Haiti. C’est ce plan qui est en attente d’approbation de la part du gouvernement d’Ariel Henry.