Paris : La 1ere edition du festival “Semaine Memoire” est lancee

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Artistes, membres de la diplomatie haitienne, et la communaute caribeenne etaient presents ce soir du 10 mai. Au theatre Traversiere, au coeur de de la capitale francaise, prend vie la premiere edition du festival de la celebration des abolitions de la traite et de l’esclavage a travers la projection de “Citoyen bois-d’ebene” un film qui rend un bel hommage a l’afrodescendance.

Citoyens Bois d’ebene est un long metrage realise par Franck SALIN, journaliste et realisateur, specialiste de la Caraibe et de l’Afrique. Le film suit l’histoire d’Emmanuel Gordien, medecin qui a vu le jour en Guadeloupe, mais qui a suivi son coeur et qui s’est laisse mener jusqu’en Afrique sur la terre de ses ancetres. Arriere petit-fils de l’esclave Georges Bouriki, le film retrace son cheminement depuis son parcours de militant a travers CM98 pour aider chaque Antillais a remonter leur genealogie et leur histoire jusqu’a son voyage au Benin pour franchir la porte de Ouidah, lieu historique de la vente des esclaves et point de depart de ces hommes et femmes vers d’autres contrees pour ne plus revenir a l’alma mater.

Le protagoniste affirme que ce voyage a ete infiniment profond pour lui. Une aventure vers une quete de sens dit-il. Un voyage pour aller a la rencontre de ses origines, a la rencontre de ses racines culturelles. “Je suis convaincu que tous les descendants d’esclaves doivent chercher a connaitre leurs ancetres” assure celui qui confie avoir trouve ce sens qui a change son regard sur la vie au cours du debat sur l’afro descendance qui a suivi la projection.

“Citoyens bois d’ebene”, en moins de deux heures, a su susciter toutes les emotions. Des bribes de rires aussi bien que des larmes ont jailli de l’assistance compose en majorite d’afro descendants.