Peyi l?k: “Des milliers d’employ?s sont renvoy?s”, affirme Wilhelm Lemke de l’ ADIH

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le pr?sident de l’Association des industries d’Ha?ti (ADIH), Wilhelm Lemke, invite tous les secteurs de la vie nationale ? s’unir afin de d?bloquer le pays pour faciliter notamment la reprise des activit?s ?conomiques. Dans une entrevue accord?e ? la radio Magik9 ce jeudi 20 octobre, il a soulign? l’impact du lock total sur les couches vuln?rables du pays. Selon lui, des milliers d’employ?s ont d?j? ?t? licenci?s.

“La situation est extr?mement grave. Au fond, la survie de la nation est en jeu. Aujourd’hui nous faisons face ? un lock qui surpasse le super l?k, c’est un l?k total. Il faut que le pays soit d?bloqu?. C’est l’union qui aidera ? d?bloquer le pays”, a-t-il fait savoir soulignant que la communaut? internationale se questionne sur le fait qu’entre Ha?tiens nous ne pouvons trouver un minimum d’entente politique pour lever le blocage, soulager les couches vuln?rables alors que la situation du pays s’envenime. ” C’est tr?s grave. Nous perdons des contrats chaque jour alors qu’il y a une demande de production en Ha?ti, mais la situation d?plorable du pays qui s’est aggrav?e depuis un mois freine l’?lan.”

M. Lemke est, pourtant d’avis, qu’il y a des opportunit?s en Ha?ti. Pour les exploiter, a-t-il dit, il faut la disponibilit? des produits p?troliers, la libre circulation des biens et des personnes. En ce sens, le num?ro un de l’ADIH encourage tous les secteurs du pays ? prendre l’engagement dans leur domaine respectif ? lancer un appel ? l’entente, l’union dans le but de faire cesser la division.

Le peyi l?k affecte grandement le secteur ?conomique en Ha?ti. “Des membres de la production nationale sont affect?s. L’usine du papier hygi?nique de laboratoire 4C a ?t? incendi?e, des usines re?oivent des menaces. Et la compression d?bute. Les entreprises sont oblig?es de renvoyer des employ?s en attendant la reprise des activit?s. La majorit? des entreprises sont ferm?es, les rares industries qui sont ouvertes fonctionnent au ralenti. Apr?s, c’est une fermeture totale avec le renvoi des centaines de milliers d’employ?s. Le renvoie a d?but? et cela va continuer”, a expliqu? l’entrepreneur.

La raret? des produits p?troliers a des r?percussions sur tout le pays. “La province suivie de la capitale, toutes les activit?s sont bloqu?es. Le gaz est comme le sang dans le corps du pays. S’il n’y en a pas, rien ne fonctionnera. Il n’y a pas d’?lectricit?, de transport… la question ? se poser est: qui est-ce qui d?fendra les personnes les plus vuln?rables?, se demande M. Lemke. ” Des compagnies apr?s l’exp?rience (l?k) de l’ann?e derni?re ont pris des dispositions pour augmenter leurs r?serves. C’est ce qui explique le fait que certaines n’ont pas ferm? plus t?t leurs portes, mais les r?serves s’ach?vent. L’incidence de cette raret? se r?percute sur tout le monde du plus petit au plus grand”, a-t-il soutenu.

Fin de l’exercice fiscal 2022-2023, les entreprises font face ? des d?p?ts de bilan. ” La situation s’est empir?e, mais la banque centrale a d?j? pris des dispositions pour all?ger la situation. Personne ne veut que les entreprises soient ferm?es. La banque centrale est d?j? en discussion avec l’Association professionnelle des banques pour prendre des mesures pour aider toutes les entreprises ? se maintenir jusqu’? la lev?e du blocage. Nous avons ?crit ? la Direction g?n?rale des imp?ts (DGI) qui ?tudie la formule ? adopter pour all?ger le poids parce qu’ il n’y a pas de vente comment pourrons- nous payer les taxes?, se questionne Wilhelm Lemke qui affirme que la paralysie des activit?s provoque un effet domino extraordinaire. ” Pour s’en remettre, cela prendra un peu de temps. Cela requiert de la patience, mais si nous nous fixons des objectifs communs, sans divisions, nous pourrions y arriver. C’est cet appel que font tout le secteur priv? formel et la soci?t? civile. Finissons avec la violence, la division pour travailler afin de mettre le pays sur les rails du d?veloppement “, a appel? M. Lemke.

Augmentation du prix des produits p?troliers, l’ADIH plaide pour un ajustement graduel

“Il faut avoir un chita pale pour doser l’augmentation. La loi de 1995 indique que la variation du prix des produits p?troliers sur le march? international doit influer sur le march? local. Il faut que le gouvernement prenne l’engagement de faire respecter la loi. Que se soit le gouvernement de cette transition ou les autres gouvernements qui s’en suivront. En g?n?ral, toute ?conomie supporte mal une grande variation, donc il est important de doser. Le probl?me qui se pose est que le pays incapable de subventionner le carburant qui a contribu? ? la d?cote de la gourde. Il faut adresser le probl?me la t?te repos?e “, a propos? Wilhelm Lemke qui, toutefois, pense que si les recettes douani?res augmentaient, l’?tat ne serait pas oblig? d’augmenter d’un seul coup le prix des produits p?troliers.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.