Peyi l?k : le Centre ambulancier national est devenu dysfonctionnel

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le peyi l?k vient de donner un coup de gr?ce ? l’une des institutions les plus importantes en ce moment de crise, le centre ambulancier national est dysfonctionnel, confie son directeur Didier H?rold Louis.

Les probl?mes ont commenc? avec la raret? du carburant depuis tant?t un mois et l’augmentation subs?quente du prix du transport en commun.

“Comment va t-on demander ? un employ? qui gagne moins de 30 000 gourdes par mois de payer un trajet sur motocyclette ? 750 gourdes pour venir travailler? Ind?pendamment du sens du sacrifice des uns et des autres, la situation ?tait d?j? tr?s difficile”, explique le directeur du CAN.

Cependant, le CAN a su r?sister ? la longue p?riode d’indisponibilit? du carburant dans les pompes, fonctionnant en effectif r?duit, les ambulanciers ont pu transporter des patients dans les diff?rents centres hospitaliers de l’aire m?tropolitaine.

D?sormais habitu? aux mouvements de protestation et la mise en place de plans de contingence pour continuer ? accompagner la population, le Dr Didier H?rold Louis est dans l’impossibilit? de faire fonctionner l’institution dans ce contexte de grande fragilit?.

“Les barricades se font par de quartier, vous pouvez rencontrer des gens compr?hensifs dans un quartier et d’autres qui le sont moins dans un autre. Vous risquez de mettre l’ambulance ainsi que les ambulanciers en danger.”

Qu’? cela ne tienne, poursuit le directeur du CAN, il y a eu un affrontement ? l’entr?e de Simon Pel? ce jeudi 15 septembre 2022 rendant la situation plus tendue qu’elle ne l’?tait en d?but de semaine.

“Je me trouve dans l’obligation de demander aux 2 derniers employ?s encore sur place de rentrer chez eux, le Centre d’appel ne fonctionne plus, les ambulanciers ne peuvent pas traverser les barricades, le Centre ambulancier national est malheureusement dysfonctionnel pour l’instant”, l?che le directeur ? l’autre bout du fil.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.