Pleins feux sur la campagne agricole d’hiver dans le grand Sud

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Il devient une habitude pour le ministere de l’Agriculture, depuis le passage de l’ouragan Matthew en octobre 2016, de supporter les agriculteurs du Sud en vue de la reussite de la campagne agricole d’hiver. Cette annee, si l’on en croit le ministre de l’Agriculture, le support sera total. Le ministere, avec l’aide de certains partenaires, prevoit d’entreprendre une serie d’activites au cours de cette campagne qui est responsable de 30% de la production agricole du pays.

La preparation de sol, les semences de qualite, les fertilisants, tout sera supporte par les autorites. Une attention soutenue est accordee aux infrastructures agricoles endommagees par le seisme. L’on a deja procede a la reparation et au curage de plusieurs d’entre elles, afait savoir le ministre qui a annonce la construction prochaine de plusieurs autres afin d’augmentee la surface irriguee ce qui aura, soutient-il, a coup sur un impact positif sur la production agricole dans le pays.

La campagne agricole d’hiver concerne principalement les plaines. Ce qui sous-tend que la priorite est accordee aux espaces irrigables. Ainsi, la remise en eau efficace des systemes d’irrigation s’avere indispensable. Dans le Sud, pas moins de dix mille hectares de terre sont directement concernes par cette campagne. De plus, des milliers de producteurs agricoles dependent de cette campagne dont le haricot demeure la principale culture.

En plus de la remise en eau des systemes d’irrigation, d’autres interventions sont egalement prevues afin d’accompagner les agriculteurs avec une emphase sur les jeunes et les femmes. L’idee, assure le directeur departementale agricole du Sud, Marcelin Aubourg, est de contribuer a la reprise des activites agricoles dans certaines zones et du coup resorber le chomage de ces groupes juges plus vulnerables. Si tout se passe comme prevu, le ministere de l’Agriculture compte faire de cette campagne un moyen efficace de lutte contre l’insecurite alimentaire au niveau des departements du Sud, de la Grand’Anse et des Nippes desquels une grande partie des producteurs a ete fortement decapitalisee par le seisme combine aux mefaits du cyclone Grace.

Pour cette campagne, le ministere peut compter sur plusieurs partenaires techniques et financiers. Lors d’une rencontre tenue en prelude au lancement de cette derniere, plusieurs representants de projets ont pris des engagements afin de mettre a la disposition des producteurs des intrants necessaires a la reussite de la campagne. <>, a precise Christine M. Sainvil, directrice du projet MAIS, ajoutant que ses confreres de SUCO travaillent en etroite collaboration avec cinq bureaux agricoles communaux du Sud pour assurer que la campagne d’hiver se passe au mieux.

La responsable a mentionne egalement l’apport du Centre d’etudes et de cooperation internationale avec son projet AVETI qui travaille avec 400 familles de Beaumont et de Duchiti sur les cultures maraicheres, et Oxfam-Quebec qui soutient les producteurs de Jeremie avec 53 tonnes de semences maraicheres. Le projet de Renforcement des services publics agricoles et le projet des Territoires productifs et resilients soutiennent egalement les efforts du ministere dans sa volonte de venir en aide a cette tranche de la population.

Avec cet important appui, le ministre de l’Agriculture parle des travaux a entreprendre sur environ 80 perimetres irrigues afin de mettre en valeur 24 000 hectares de terre. Des mecanismes sont aussi developpes pour permettre aux producteurs de continuer leurs activites apres cette campagne. Saluant le travail des agriculteurs, le ministre annonce des programmes de subvention et de credit pour l’acquisition de pompes d’irrigation et la distribution d’outils et d’intrants agricoles.

Se decernant un certain satisfecit pour le travail effectue apres le seisme, le directeur departemental agricole du Sud croit que seule une bonne organisation de cette campagne pourra contribuer a l’amelioration de l’offre des denrees agricoles dans le grand Sud et renforcer la securite alimentaire dans cette partie du pays. Selon lui, l’on est sur la bonne voie.