Plusieurs quartiers de la plaine du Cul-de-Sac assieges par des bandits armes

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les residents de Santo, Shada, Croix-des-Missions, Butte Boyer, <>, <> sont tenailles par deux groupes armes depuis l’aube du dimanche 24 avril. Des membres du groupe 400 Mawozo tentent de reprendre le controle de ces quartiers, echappes a leur controle depuis 2018, et dirige par un autre chef de gang denomme <>. Des rafales d’armes automatiques sont entendues depuis dimanche matin. Les habitants, craignant pour leur vie, sont obliges de se terrer. Selon certains temoins, ceux qui s’aventurent a sortir sont atteints de projectile.

De Croix-des-Missions jusqu’a Canaan 3, les activites sont au point mort. Pas de circulation automobile. Des barricades sont remarquees dans certaines arteres. Un veritable etat de siege. Une residente qui s’est confiee au Nouvelliste sous couvert de l’anonymat a fait part de son angoisse. <>, a raconte cette dame.

Aucun bilan officiel n’est encore communique sur ces affrontements. La police n’a pas repondu aux sollicitations du Nouvelliste. La residente qui s’est confiee au Nouvelliste a revele avoir perdu un proche. <>, a-t-elle raconte, indiquant que les bandits incendient les maisons dans les quartiers dont ils parviennent a reprendre le controle, notamment Clercine et Butte Boyer. Sur les reseaux sociaux, nombreux sont les internautes habitant dans ces zones qui ont egalement lance des cris d’alarme ou crache leur colere. <>, a denonce une utilisatrice de Facebook. <>, s’est plaint une autre, partagee entre ironie, colere et desolation. Des dizaines de familles, fuyant les affrontements, ont ete remarquees ce lundi sur la place de Clercine, a un jet de pierre de la base de la Brigade d’intervention motorisee (BIM) de la PNH.

Le Reseau national de defense des droits humains (RNDDH) ne dispose pas encore de donnees sur ces affrontements. Contacte par le journal, Pierre Esperance indique qu’il faut du temps pour retrouver des temoins et des victimes. Le directeur executif du RNDDH a denonce le laxisme des autorites en ce qui concerne l’action des gangs armes. <>, a explique Pierre Esperance, qui a appele a mettre un terme a l’impunite dont jouissent ces malfrats.