Poignant discours de l’ambassadrice Dominique Dupuy ? la 215e session du Conseil ex?cutif de l’UNESCO

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Monsieur le Pr?sident de la Conf?rence g?n?rale,

Madame la Directrice g?n?rale, Excellences, chers coll?gues,

Ha?ti souscrit aux d?clarations prononc?es par la Pr?sidence du GRULAC, du Groupe Afrique, du NAM et des SIDS.

Madame la pr?sidente,

Ce matin, j’ai d?pos? ma fille, une petite ha?tienne de 4 ans, ? l’?cole publique du coin. Depuis le 1er septembre, elle y apprend de nouvelles comptines, s’exerce ? ?crire son pr?nom et y cherche des r?ponses ? ses sempiternels “pourquoi?”

En Ha?ti, il n’est pas encore jour. Dans quelques heures, c’est toute la population des apprenants du pays, soit plus de 4 millions de jeunes qui ne participeront pas ? ce rituel matinal important qu’est la rentr?e en classe. Ce sont donc des millions de mes compatriotes, parents, qui ne pourront commencer leur journ?e en embrassant leur enfant avec ce sentiment unique, de satisfaction et de fiert?, de savoir sa prog?niture jouir de ce droit universel fondamental, qu’est l’acc?s ? l’Education.

Alors, pourquoi elle, et pas eux?

Parce que je suis ici, diplomate, ? 6000 km de mon pays, de son soleil et de ses plages, ? 8 heures de vol de ses tourments.

Parce que je suis, ici, dans cette Maison gardienne de l’Education, pour y faire ?cho tant de l’angoisse que du courage qui tissent le quotidien ha?tien.

Parce qu’ici, je devrais… nous devrions pouvoir faire une diff?rence.

Madame la Pr?sidente,

Depuis 76 ans, qu’Ha?ti apporte pierre apr?s pierre ? cet ?difice, que nous y contribuons financi?rement, eh oui, bon an mal an, que nous participons ? tous ses chantiers, nous gardons vivante la conviction collective que l’UNESCO existe pour une raison, et que ce que nous faisons ici a un sens, donne du sens.

Alors, quand toutes les ?coles, dont les 25 ?coles associ?es de l’UNESCO, et toutes les universit?s restent ferm?es, que ni science ni culture ne peuvent y ?tre ?voqu?es, quand la peur, la souffrance et la col?re paralysent toute vie; quand les th??tres sont transform?s en antres de fant?mes, que les laboratoires, les centres de recherches, les h?pitaux, sont barricad?s, pourquoi et de quoi parler ici?

Parce que j’aimerais croire qu’entre temps, avant que le jour ne se l?ve chez moi, nos efforts, ici, durant cette 215?me session du Conseil Ex?cutif, comptent.

Parce qu’il y a lieu de s’assurer que nos discussions du C/5, de l’?valuation d’IOS, soient bien au service de cette Maison que nous avons, aussi, le devoir de prot?ger.

Il y a lieu de r?affirmer la raison d’?tre du Projet<>, initi? par Ha?ti, et de veiller ? sa vocation essentielle, afin qu’? l’aube de son 30?me anniversaire, il se soit ni vid? de son sens, ni dilu?, ni ?dulcor?, ni maquill?. Il y a lieu de d?cider que le monde a encore et surtout besoin du devoir de m?moire crucial qu’il impose. D?cider qu’il nous faut regarder, ensemble, le pass? dans les yeux, aussi inconfortable, aussi impertinent qu’il puisse sembler afin que nous appr?hendions, ensemble, ses s?quelles.

Qu’il y a lieu d’aspirer ? ce que l’Histoire G?n?rale de l’Afrique , programme phare de l’UNESCO, soit renforc?, de s’engager ? la production, ? la traduction et ? la diss?mination de ses p?dagogies ancr?es dans les v?racit?s historiques, racont?es par les voix trop longtemps tues, et de rappeler que cet outil a aussi le noble mandat de freiner la haine. La haine qui na?t de l’ignorance de l’autre. La haine qui na?t lorsqu’on interdit la Dignit? ? l’autre. La haine, germe de la guerre.

Qu’il y a lieu d’approuver l’impl?mentation de la r?forme du r?seau des bureaux hors-si?ge qui permettra ? l’UNESCO de mieux atteindre les populations et les secteurs pour lesquels sa pr?sence peut signifier une diff?rence entre d?sespoir et essor.

Qu’il y a lieu d’adopter le projet de r?solution concernant les Eaux-Souterraines, propos? par l’Afrique du Sud et co-parrain? par Ha?ti, qui nous rappelle que le changement climatique et la crise de l’eau n’attendent pas notre consensus, que ces d?g?ts sont r?els, urgents et affectent d?j? davantage les plus vuln?rables, dont mon pays.

Madame la Pr?sidente,

Hors de ces portes, les guerres et les cataclysmes font ravage. Nous en connaissons chacun ici un visage, et les mille et unes menaces corollaires qui ?branlent nos pays et nos ?mes. Alors, pourquoi, et de quoi parler ici?

Pour dire que ce matin, chez moi comme ailleurs, trop de parents, d’enseignants et d’?l?ves se r?veilleront la boule au ventre, effray?s, affam?s et d?boussol?s, hant?s d’un syndrome du membre fant?me, amput?s de l’?cole.

Chers coll?gues,

J’aimerais dire ? ma fille, plus tard, qu’elle a eu de la chance d’aller ? l’?cole ce matin, mais que l’acc?s ? l’Education ne devrait pas ?tre une question de chance.

Que nous, les adultes, avons l’ambition de transformer cet al?as, en acquis.

Que nous comprenons que l’?galit? des genres bascule lorsque l’?ducation s’arr?te. Que nous savons que sans ?ducation, c’est le seul repas par jour qui dispara?t. Que se sont les grossesses d’adolescentes qui se multiplient. Et que nous sommes alarm?s par l’avenir vol? de la jeunesse de son pays, prise en otage, marginalis?e, d?plac?e, et forc?e ? la migration.

Le jour aura bient?t ? se lever, mais entre temps, ?tre ici m’oblige, et Excellences, le climat du Monde nous oblige tous, cette session, afin que face au miroir cruel que le temps et que nos enfants ne manqueront de nous tendre, nous puissions nous regarder, la t?te haute et nous dire franchement que nous avons oeuvr?: oeuvr? ? la construction de la Paix, en Ha?ti et ailleurs, par l’?ducation, la science et la culture.

Merci, M?si Anpil, Ayibobo!

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.