Pour l’historienne Gusti-Klara Gaillard les articles du New York Times sur la <> feront date

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Frantz Duval : Avez-vous lu les derniers articles du New York Times sur la double dette, votre sujet d’?tudes ?

Gusti-Klara Gaillard : Oui, bien ?videmment ! Mais seulement la version en ligne.

Frantz Duval : Avez-vous ?t? sollicit?e par les auteurs ?

Gusti-Klara Gaillard : Oui, j’ai eu plusieurs entretiens avec Catherine Porter et Constant Meheut. J’avais ?t? d’embl?e frapp?e par l’ampleur du travail de documentation et d’enqu?te de leur ?quipe autour de la <>. J’ai donc r?pondu volontiers ? leurs questions et partag? des r?f?rences et informations. J’ignorais n?anmoins que leur s?rie d’articles aborderait le traitement de cette question jusqu’? 2004 inclus, y compris en interviewant des membres de la commission Debray. Deux si?cles d’histoire pratiquement !

Frantz Duval : Avez-vous appris de nouvelles informations ?

Gusti-Klara Gaillard : M?me si l’essentiel du propos des articles sur la <> rel?ve d’une documentation d?j? existante, la synth?se est ?clairante et j’ai appris bien s?r ! En particulier, leurs calculs permettent, au-del? des milliards d’euros annonc?s depuis 2003, d’avoir un chiffrage de l’h?morragie des ressources financi?res que l’acquittement de la <> a impos? ? la population.

Par ailleurs, d?couvrir les liens entre le Cr?dit Industriel et Commercial et la construction de la tour Eiffel m’a vivement int?ress?e comme encore l’identit? de grandes familles actuelles d’Europe dont les anc?tres avaient ?t? propri?taires esclavagistes ? Saint-Domingue. Dans les deux cas, on aurait voulu en savoir bien davantage pour pouvoir ?ventuellement approfondir !

Cependant parfois, pour les articles traitant du d?but du XXe, certaines informations risquent d’?tre h?tives. Certaines (telles celle relative ? l’affaire Machias) gagneraient ? ?tre ?toff?es.

Frantz Duval : Qu’est-ce qui vous a le plus surpris ou rassur? apr?s votre lecture ?

Gusti-Klara Gaillard : J’ai ?t? fortement frapp?e par la qualit? tant du traitement de la documentation diversifi?e que des ressources mises en oeuvre pour valoriser l’iconographie de chacun des articles. Par ailleurs, la traduction des articles dans les deux langues officielles d’Ha?ti est ? saluer, celle en cr?ole est particuli?rement r?ussie, et toutes deux accessibles gratuitement en ligne. Que de moyens mis en oeuvre par le New York Times. ?tant une citoyenne du pays le plus pauvre d’Am?rique, j’en reste un peu abasourdie.

Frantz Duval : Quels aspects de vos ?tudes sur le sujet n’ont pas ?t? abord?s dans l’article ?

Gusti-Klara Gaillard : La plupart des aspects de mes ?tudes sur le sujet sont abord?s mais souvent par simple allusion. Par exemple, les contraintes commerciales qui accompagnent la <> sont survol?es et la part de la valeur des esclaves dans le montant de la <> aurait pu ?tre davantage d?velopp?e. J’ai trait? cette derni?re question avec pr?cision dans ma contribution (accessible en ligne) ? un colloque tenu en Avril 2021 ? l’universit? de Grenoble. Elle para?t sous peu dans les Actes du colloque, son titre est significatif : <>.

Plus en avant dans le 19e si?cle, les articles ne soulignent pas assez la d?termination farouche des ?tats-Unis ? ?vincer les capitaux fran?ais de la banque nationale et ? devenir l’unique cr?ancier d’Ha?ti. La question br?lante du contr?le des douanes est ?galement ? peine effleur?e, certaines conclusions de travaux (dont les miens) n’ont d’ailleurs pas ?t? mobilis?es. Mais difficile aussi, voire impossible, sous un tel format d’articles de tout approfondir !

Frantz Duval : Vous venez de publier avec d’autres un ouvrage sur la question de la dette pouvez-vous nous en dire deux mots ?

Gusti-Klara Gaillard : L’ouvrage collectif <> est construit autour du rapport que l’?missaire militaire Mackau a r?dig? ? l’issue de sa mission en Ha?ti en juillet 1825. Chacun des quatre auteurs d?veloppe des ?clairages autour de ce document majeur, l’ensemble permet de mettre en lumi?re la port?e et les incidences de l’imposition ? Ha?ti de l’ordonnance du 17 avril du roi Charles X. Pour ma part, j’y pointe, entre autres, la d?termination de Mackau ? obtenir le consentement de Boyer et les omissions d?lib?r?es, v?ritables mensonges d?guis?s, qui scandent ce rapport. C?t? ha?tien, j’essaie de d?celer l’?volution de la ligne observ?e par le gouvernement ha?tien au fur et ? mesure que la crainte d’un bombardement s’intensifie avec l’approche de Port-au-Prince des 500 canons de l’escadre fran?aise. Les quatre ?tudes de cet ouvrage sont ? lire !

Frantz Duval : Pour ?tre la principale historienne ha?tienne de l’?poque contemporaine qui travaille sur la double dette avec quel(s) sentiment(s) avez-vous lu le travail du New York Times ?

Gusti-Klara Gaillard : Depuis de nombreuses ann?es, de mon master ? mon habilitation ? diriger des recherches, mes travaux portent sur les relations in?gales entre Ha?ti et la France, soit de 1825 au d?but des ann?es 1960. Ces derniers temps, je cherche ? encore mieux cerner les origines et le poids de la <>, aussi je me r?jouis de voir cette s?rie d’articles toucher un grand public de par le monde. La dette ill?gitime (pour r?p?ter Madiou), la dette inique qu’Ha?ti a eu ? payer est un sujet qui rel?ve de l’esclavagisme, du n?ocolonialisme et de l’ordre ?conomique international. Ce cas singulier de surendettement forc? d’Ha?ti am?ne aussi ? s’interroger sur le lot de maints ?tats jadis colonis?s et ne parvenant toujours pas ? amorcer un d?veloppement autonome. Le dossier du New York Times est d?finitivement d’actualit? !

Cependant plusieurs points m’interpellent dans le traitement du sujet par l’?quipe du New York Times. Ici, je me contenterai d’en soulever trois.

D’abord, pourquoi ne pas avoir indiqu? que le mot si juste de <> pour qualifier cette <> a ?t? utilis? par les Ha?tiens et Ha?tiennes, eux-m?mes, au moins d?s la fin du XIXe si?cle ? L’?quipe de journalistes a pourtant d? lire mon article qui le signale, paru dans vos colonnes, l’an dernier intitul? : <>. Toute la premi?re moiti? du XIXe si?cle est jalonn?e de luttes populaires contre l’imp?t forc? pour payer la dette, contre le d?part des caisses d’argent vers la France, des manifestations spontan?es de rue cherchant m?me ? les emp?cher !

Ensuite, certains propos dans la version en ligne de l’article peuvent pr?ter ? confusion. Il y est ?crit par exemple que l’ultimatum qu’apporte Mackau a ?t? : <> Mackau l’a-t-il vraiment dit ? Serait-ce une manoeuvre pour faire plier le pr?sident Boyer ? Mackau en principe a ordre d’imposer un blocus des ports, ce qui en soi en cas d’application provoquerait assur?ment une asphyxie ?conomique du pays. Les termes pr?cis du Rapport de Mackau auraient gagn? ? ?tre rapport?s.

Enfin, et prolongeant la pr?c?dente remarque, sauf erreur de ma part, je ne comprends pas (et ce n’est pas faute de le leur avoir signal?) que les journalistes ont omis d’indiquer qu’un historien ha?tien, Beno?t Joachim, a fait une ?tude monumentale sur la <> de 1825 ? la fin du XIXe si?cle. Dans sa th?se de doctorat, il retrace, entre autres, nombre des paiements effectu?s par Ha?ti ? la Caisse des d?p?ts et consignations. Certes, Joachim s’y attache surtout pour la dette de l’ind?pendance, moins pour l’emprunt de 1825, mais cet historien avait ? coeur de traquer et chiffrer cette spoliation ?hont?e des ressources financi?res du pays.

De toute fa?on l’essentiel est l? bien palpable : ce dossier d’articles sur la <> d?di? ? un grand public fera date !