Pour l’int?gration de l’?ducation sociale et financi?re dans les curricula d’enseignement en Ha?ti

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Ils sont quelques dizaines de cadres de la fonction publique et des membres d’?tablissements priv?s ? prendre part ? l’atelier national d’orientation et d’int?gration de l’?ducation sociale et financi?re dans les curricula d’enseignement en Ha?ti. Cette activit?, dont le lancement a ?t? donn? ce lundi, s’?tendra sur toute la semaine. Selon la repr?sentante de la firme <>, Lama Lazbeck, il s’agit de la concr?tisation d’un accord tripartite entre la BRH, le minist?re de l’?ducation nationale et de la Formation professionnelle et l’institution qu’il dirige.

L’objectif est de d?finir des orientations nouvelles, l’int?gration des contenus p?dagogiques sur l’?conomie et la finance dans le curriculum scolaire en vue d’une ?ducation plus compl?te afin de fournir aux apprenants ha?tiens des outils leur permettant d’affronter les nombreux d?fis de l’?poque et de s’engager dans la prosp?rit? du pays en tant que citoyens responsables.

Le voeu des d?cideurs est de former des citoyens de demain capables de r?pondre aux exigences de l’heure. La construction de ce type de citoyen, de l’avis du gouverneur de la BRH, Jean Baden Dubois, a besoin de pierres de tout acabit bien taill?es et solides, ? savoir une multitude de comp?tences dans des champs de plus en plus divers touchant, non seulement, la formation formelle classique, mais aussi, les enjeux environnementaux, technologiques, ?conomiques et, bien s?r, financiers.

Le besoin se fait grandement sentir dans le pays. Ainsi, cet atelier arrive ? point nomm? dans la mesure qu’il touche un probl?me crucial. <>, a rappel? M. Dubois, ajoutant que le niveau d’exclusion financi?re dans le pays est estim? ? 46% et que rien que 11% de la population d?tiendrait un compte en banque. Une situation critique qu’il faut, affirme-t-il, adresser au plus vite par des mesures de politiques publiques concert?es.

Ainsi, l’?ducation financi?re du public devient un imp?ratif. Consid?rant l’expertise des banques centrales dans ce domaine, poursuit Jean Baden Dubois, il est tout ? fait normal qu’elles s’allient aux minist?res d’?ducation formelle de leurs pays respectifs pour pallier ce probl?me.

C’est aussi l’avis du ministre de l’Economie et des Finances, Michel Patrick Boisvert, qui a ?galement pris part ? la c?r?monie d’ouverture de l’atelier. L’enseignement formel, ajoute-t-il, repr?sente une fen?tre d’opportunit?s pour les concitoyens qui, d?s leur plus jeune ?ge, pourront d?velopper une culture financi?re, une curiosit? en lien avec l’?conomie, les finances en g?n?ral et les finances publiques du pays en particulier et une certaine capacit? de faire de bons choix tant individuels que collectifs.

L’atelier, si l’on en croit le ministre, renforce l’engagement de l’?tat dans la concr?tisation d’une vision ? moyen terme d’inclure la population dans les activit?s ?conomiques du pays. Selon M. Boisvert, l’inclusion financi?re jette un pont entre les opportunit?s ?conomiques et les r?sultats qui sont attendus.

L’orientation et l’int?gration de l’?ducation sociale et financi?re dans les curricula d’enseignement en Ha?ti demande des efforts colossaux. R?alis? dans le cadre de l’op?rationnalisation du Plan national d’?ducation financi?re (PNEF), ce projet n?cessite des investissements en amont et en aval. Le ministre de l’Education nationale Nesmy Manigat parle d’une emphase importante sur les enseignants. D’apr?s le titulaire du MENFP, la formation continue des enseignants est une arme majeure pour la r?ussite de ce projet.