<>, predit le CARDH

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

L’enquete sur l’assassinat de Jovenel Moise, 58e president haitien, est encore au stade d’instruction. Huit mois apres l’assassinat, le dossier n’avance pas. La justice haitienne est dysfonctionnelle, inadaptee, extremement limitee sur le plan procedural. Le juge Merlan Belabre, designe le 4 mars 2022 pour instruire le dossier, ne fera pas mieux que ses predecesseurs, predit le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH) dans son deuxieme rapport thematique, publie le 22 mars dernier.

Le dossier de l’assassinat du president Jovenel Moise est d’une complexite enorme. Le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme (CARDH), dans son deuxieme rapport thematique sur la problematique, publie le 22 mars 2022, souligne des pistes inquietantes sur l’aboutissement de l’enquete. Selon le CARDH, il y a lieu de poser le probleme institutionnel fondamental qui, sans doute, est un frein au dossier. <>, lit-on dans le rapport. <>, poursuit le rapport dont une copie a ete transmise a la redaction du journal.

Par ailleurs, des trois juges d’instruction successivement designes, Mathieu Chanlatte et Chavanne Etienne ont desiste sans prendre connaissance du dossier. Merlan Belabre, le quatrieme juge designe, ne fera que prolonger la liste de desistement, selon le CARDH. <>, predit le Centre d’analyse et de recherche en droits de l’homme. <>, a rapporte le CARDH

Il y a lieu aussi de questionner l’ordonnancement juridique haitien dans le cadre de l’enquete. <>, analyse le CARDH. <>, ce qui, selon le Centre, augmente la complexite du dossier

Assassine par des mercenaires colombiens, l’enquete sur le massacre du president Jovenel Moise touche a la geopolitique et au droit international, estime l’organisme de defense des droits humains. <>, regrette le CARDH.

<>, a-t-il preconise.