Prendre les USA au mot

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les ?tats-Unis d’Am?rique comme tous les pays amis d’Ha?ti ne ratent pas une occasion de dire qu’ils agissent pour le bien d’Ha?ti, premier pays du continent qui les a suivis sur le chemin de la r?volution au dix-huiti?me si?cle.

Apr?s des si?cles de proximit? et de relations, il est clair que l’amiti? entre les deux pays reste souvent au niveau des d?clarations d’intention. Ha?ti en veut plus mais a peur. Les USA promettent beaucoup mais font peu.

Si on fait le bilan de la relation, au dix-neuvi?me si?cle Ha?ti a re?u tardivement la reconnaissance diplomatique et au vingti?me si?cle, par trois fois, 1915, 1994, 2004, les USA ont envoy? ses soldats restaurer l’ordre ou prot?ger l’ordre en Ha?ti.

Apr?s chaque intervention, Ha?ti en est sortie plus faible. Et d’occupation en restauration de la d?mocratie ou en support apr?s le s?isme du 12 janvier, les choses ont ?t? de mal en pis. La derni?re visite des militaires am?ricains en 2010 a consolid? le pire et depuis Ha?ti glisse vers l’ab?me.

Aujourd’hui, apr?s des ann?es d’ing?rence de toutes sortes, la position officielle des ?tats-Unis est de laisser les Ha?tiens choisir leur destin.

Cependant, avant de clamer cette nouvelle position sur tous les toits, le Core Group, emmen? par les USA, a choisi l’actuel Premier ministre et le dernier et seul envoy? sp?cial du pr?sident Joe Biden, Daniel Foote, a donn? le statut d’opposition officielle aux repr?sentants de l’accord de Montana.

Les USA tiennent entre leur main pouvoir et contre-pouvoir en Ha?ti tout en clamant qu’ils ne veulent plus s’ing?rer dans les affaires ha?tiennes.

Cette semaine, la pr?sence du Dr Ariel Henry au Sommet des Am?riques ? Los Angeles participe de cette onction am?ricaine qui d?cide de qui est au pouvoir en Ha?ti et de qui ne l’est pas.

Henry n’a ni le mandat ni la l?gitimit? n?cessaire pour s’asseoir ? la table des d?mocrates de la r?gion. Mais ne dit-on pas que <>, alli? de Washington ou ennemi des USA, vous serez d?clar?s aptes ? ?tre invit?s ou ?vit?s partout.

Grand bien fasse aux opposants et aux responsables ha?tiens reconnus par Washington mais qui dira aux USA qu’ils m?nent Ha?ti ? la ruine avec <> que m?ne, comme ses devanciers, l’administration Biden.

Sur la m?me ligne que les pr?sidents Obama et Trump, le pr?sident Biden aide ? ab?mer, ? ab?tir et, au final, ? an?antir Ha?ti et les Ha?tiens.

On peut douter que l’actuel gouvernement profitera du Sommet des Am?riques pour solliciter un changement dans la politique du pire qui est men?e en Ha?ti par notre plus ancien et tr?s puissant ami. L’opposition officielle, on peut le croire, ne lancera pas non plus un appel en ce sens.

Et pourtant, il faut que l’on prenne les ?tats-Unis d’Am?rique au mot. Vous souhaitez le meilleur pour Ha?ti, prouvez-le : changez de politiques !