Quand la gazoline siphonne les poches

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Lundi 4 octobre 2021, Rudy Thomas Sanon ne se prive pas pour decrire les realites sociales de notre quotidien precaire. Il passait la veille, dimanche 3 octobre, pres d’une station-service. Miracle ! Elle etait vide il s’y engouffre et se fait servir. Suivez-le dans une subtile consideration :

Autrefois quand j’avais 1000 gourdes en poche, je faisais de la gazoline pour 600 gourdes, soit 120 dollars haitiens. J’en faisais don de 100 a un ami, je depensais 200 pour de la nourriture et je gardais la balance de 100 en reserve pour la journee.

Le fringant presentateur de <> poursuit :

Maintenant, toute la valeur de 1000 gourdes est engloutie par la gazoline. Il suffit de circuler et de se retrouver passant pres d’une station -service pour, au vu qu’il n’y a pas affluence, s’y engouffrer.

Effectivement, quand ne se forme pas encore une affluence, on ne calcule pas. Prestement, on s’y introduit et on en profite pour se faire servir et repartir. Sinon, deux heures plus tard le siege de ce point d’approvisionnement en carburant est fait. Cette situation de rarete d’essence dure depuis 3 mois, bien avant la disparition tragique du president Moise.

Bien sur, je traduis sa pensee tout en l’elargissant.

Par ailleurs, Rudy Thomas Sanon signalait qu’en raison de l’insecurite, notamment la recrudescence des cas de kidnapping, des familles choisissent de migrer vers la Republique dominicaine, liquidant tout auparavant. A commencer par leurs maisons d’habitation. Il y en a qui acceptent de perdre la moitie, quand ce n’est pas les deux tiers de la valeur venale de leur logement pour s’etablir en terre voisine. Ou ils s’achetent un nouveau logement. N’en pouvant plus, vivant sur le qui-vive, en etat d’alerte en permanence-personne n’est epargne par le banditisme- ils retrouvent la-bas leur quietude d’esprit.

En effet, l’enfer est desormais en terre haitienne. Mais pas seulement les residences qui sont liquidees, les proprietaires de maisons de commerce, les entrepreneurs oeuvrant dans les services, decourages, mettent la clef sous la porte. Des investissements perdus. Cela dure depuis la periode du <> (pays ferme ). On est passe de la turbulence des manifestations violentes ayant cause notamment la perturbation du calendrier scolaire a l’etalement de la prison a ciel ouvert avec les kidnappeurs qui s’en donnent a coeur joie- ces nouveaux marchands d’esclaves -. J’arrete ici pour aujourd’hui le narratif de nos malheurs au quotidien.