Recrudescence inqui?tante du chol?ra en Ha?ti

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Ha?ti vient tout juste de c?l?brer, le 4 f?vrier 2022, ces trois ann?es cons?cutives sans d?tection d’un cas de chol?ra malgr? une recherche active.

“Selon la d?finition du Global Task Force on Cholera Control (GTFCC), un pays qui ne rapporte aucun cas confirm? avec ?vidence de transmission locale pendant au moins trois ans cons?cutifs et qui dispose d’un syst?me performant de surveillance ?pid?miologique susceptible de d?tecter tout cas confirm?, ce pays recevra un certificat d’?limination.”

C’est en attente de ce certificat d’?limination que le minist?re de la Sant? publique et de la Population vient de confirmer la d?tection d’un cas de chol?ra en Ha?ti.

“Le minist?re de la Sant? publique et de la Population informe la population de la d?tection d’un cas confirm? de chol?ra ? Savanne Pistache/ Decayette dans la commune de Port au Prince et de cas suspects ? Brooklyn dans la commune de Cit? Soleil”, signe la direction g?n?rale du MSPP.

“Le MSPP compte sur la collaboration de la population tout en prenant les dispositions n?cessaires pour circonscrire cette flamb?e (…) Pour ?viter d’attraper le chol?ra, le MSPP recommande ? tout un chacun de prendre toutes les mesures d’hygi?ne ad?quate ? savoir : le lavage des mains, la consommation d’eau potable (soit de l’eau bouillie, soit de l’eau trait?e avec un produit chlor?), la protection des aliments, l’utilisation de latrine pour la d?f?cation”, poursuit le communiqu? du MSPP avant d’inviter “toute personne pr?sentant une diarrh?e aigu?, profuse ? se rendre imm?diatement au centre de traitement le plus proche.”

Une recrudescence mondiale trois fois plus mortelle

Il y a moins d’une semaine, l’Organisation mondiale de la sant? (OMS) avait tir? la sonnette d’alarme sur une recrudescence du chol?ra dans le monde, plus inqui?tante et plus mortelle.

Durant les neuf premiers mois de l’ann?e, 26 pays ont fait ?tat d’?pid?mies, contre moins de 20 par an entre 2017 et 2021, selon l’Organisation mondiale de la Sant?.

“Apr?s des ann?es de d?clin, nous constatons une recrudescence inqui?tante des ?pid?mies de chol?ra dans le monde entier au cours de l’ann?e ?coul?e >>, a d?clar? le chef d’?quipe de l’OMS pour le chol?ra et les maladies diarrh?iques ?pid?miques, Philippe Barboza. Selon l’expert, le taux moyen de l?talit? li? au chol?ra enregistr? en 2021 est presque trois fois plus ?lev? qu’au cours des cinq pr?c?dentes ann?es.

“Une catastrophe qui n?cessite une tr?ve politique”, selon le DrJean William Pape

Acteur majeur dans la lutte pour l’?limination du chol?ra en Ha?ti, le Dr Jean William Pape est particuli?rement troubl? par la recrudescence des cas de chol?ra en Ha?ti.

Si l’OMS met tout sur le compte du r?chauffement climatique, le sp?cialiste en maladie infectieuse croit que les r?centes troubles sociopolitiques peuvent en ?tre la cause.

“Quand vous avez un pays o? l’acc?s d?j? difficile ? l’eau potable est fragilis? par des troubles sociopolitiques, quand les personnes ne peuvent pas fr?quent?s les centres de sant? au besoin, quand les sp?cialistes de la direction d’?pid?miologie ne peuvent pas se d?placer pour faire les investigations ? temps, ce n’est pas surprenant de constater une recrudescence des maladies infectieuses”, se d?sole le Dr Jean William Pape.

Pour ne rien arranger, encha?ne le directeur des centres Gheskio, il y a une p?nurie de carburant qui rend les h?pitaux dysfonctionnels et emp?chant aux compagnies qui assurent la distribution de l’eau potable d’arriver dans les foyers.

“Que faire?”, se questionne le Dr Pape ? l’autre bout du fil. Le MSPP n’y arrivera pas tout seul, constate-t-il.

“Il y a un centre de traitement du chol?ra qui a ?t? allou? ? la Covid-19 qu’on va r?activer ? Gheskio, cependant l’accent doit ?tre mis sur la pr?vention”, recommande t-il.

Contrairement ? la Covid-19, la population est plus r?ceptive aux messages li?s au chol?ra, c’est visible, c’est contagieux, c’est mortel. Les gens disaient ? un moment qu’ils pr?f?rent attraper le SIDA plut?t que le chol?ra. La connaissance du chol?ra, notre exp?rience et la peur qu’il peut susciter doivent nous aider ? mener une campagne de communication efficace en vue d’endiguer cette r?surgence”, conseille le Dr Jean William Pape.

Plus loin, il souligne que le vaccin est une option cl?. “Tout en facilitant l’acc?s aux produits chlor?s ? la population, il faut envisager la vaccination qui avait fait ses preuves dans le pass?”, soutient-il.

Cependant, il reconna?t que si les centres Gheskio arrivent ? d?sinfecter les puits contamin?s, faciliter l’acc?s aux produits chlor?s et aux vaccins dans certaines zones, notamment ? Village de Dieu, dans d’autres zones — de non droit aujourd’hui — aucun professionnel ne voudra s’y risquer.

“Force est de constater que ces Zones de non droit, les bidonvilles dont cit? Soleil, ce sont les zones qui sont les plus touch?es en cas d’?pid?mie. J’appelle ? une tr?ve sur tout ce qui nous divise pour faire face ? cette recrudescence du chol?ra dans le pays.”

Le chol?ra : un cauchemar en Ha?ti

“On est en r?union depuis 6 heures du matin, tout le monde est paniqu?. Le chol?ra reste un cauchemar pour Ha?ti, on va tout mettre en oeuvre pour ne pas revivre les douloureuse exp?riences de 2010”, confie un directeur central du minist?re de la sant? publique et de la population.

En effet, introduit dans l’?cosyst?me sanitaire ha?tien en octobre 2010, le chol?ra a caus? jusqu’en 2019 environ 800 000 infections et un peu plus de 10 000 morts.

La c?l?bration de son ?limination n’aura dur? que 8 mois et, cette recrudescence survient dans un contexte de fermeture des principaux centres hospitaliers du pays, des professionnels de sant? qui ne peuvent pas se d?placer ? cause de la p?nurie du carburant et des compagnies de distribution d’eau potable en difficult?.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.