Rentree des classes : et ceux dont les parents sont des deplaces de Martissant ?

Pieds et torse nus, Evens, 12 ans, joue au football avec ses amis sur l’un des terrains de jeu au centre sportif de Carrefour. Nous sommes le jeudi 7 octobre, 10 heures du matin, environ trois semaines apres la rentree des classes dans les departements epargnes par le tremblement de terre du 14 aout dernier. En temps normal, Evens et ses camarades devraient etre a l’ecole en train de preparer leur avenir. Mais ils ont eu la malchance d’habiter le quartier de Martissant, abandonne par les autorites et controle par des groupes armes qui s’affrontent depuis le 1er juin dernier.

<>, s’est plaint Evens.

Ce garcon de 12 ans ne sait pas encore s’il aura la possibilite d’aller a l’ecole cette annee. <>, a reconnu Evens.

Comme Evens, ils sont des centaines d’enfants qui ont du fuir avec leurs parents cette zone de guerre. Au depart, ils etaient plus de 400 enfants. Aujourd’hui, ils sont environ 300 au centre sportif de Carrefour a attendre que le gouvernement se penche sur leur sort.

Julia a 17 ans. Elle devrait etre en SN1 cette annee, selon ce qu’elle a confie au journal. Une possibilite qu’elle n’a pas encore. Son message au gouvernement est simple, mais tres profond. <>

<>, a lache Richard, 16 ans, tres remonte contre les autorites.

<>, a deplore Louizene Aly, mere de deux enfants de 7 ans et 12 ans.

<>, se lamente une autre mere de famille.

Le gouvernement n’a jamais porte assistance aux deplaces, a denonce Jude Edouard Pierre

La municipalite de Carrefour paie un lourd tribut avec cette guerre des gangs dans la commune de Port-au-Prince, particulierement a Martissant. Depuis le 1er juin, ces milliers de deplaces loges au centre sportif de Carrefour ont ete pris en charge par la mairie avec le genereux support des eglises de la zone comme le FTL, MEBSH de Cote-Plage, entre autres, le PAM, des ONG et des particuliers. Aujourd’hui, la mairie a la responsabilite morale d’envoyer a l’ecole environ 300 enfants qui ont fui les zones de guerre avec leurs parents. <>, tance Jude Edouard Pierre.

L’agent interimaire de Carrefour affirme au Nouvelliste avoir entrepris les demarches pour permettre aux enfants des deplaces de retourner a l’ecole.

Selon Jude Edouard Pierre, l’HAAMES et la Fondation Saint-Luc ont deja porte assistance a environ 70 familles chacun. L’ADRA a aussi un projet d’accompagnement pour les deplaces et le Fonds national d’education (FNE) promet une aide aux deplaces. Le ministere de l’Education nationale promet des kits scolaires pour les enfants, indique le maire. <>, a avance M. Pierre.

Ce vendredi 8 octobre, les sept departements qui n’ont pas ete touches par le seisme du 14 aout dernier bouclent leur troisieme semaine de classe. Les enfants des deplaces de Martissant ne savent pas encore quand ils pourront retourner a l’ecole. Le gouvernement d’Ariel Henry ne s’est jamais prononce sur leur situation…