Santo Domingo sou konpa !

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Samedi soir. 23 heures et 30 minutes. Les portes du hall de l’hotel El Embajador s’ouvrent a chaque instant, sur des hommes et des femmes, tout de noir vetus et sur leur trente et un. Robe et sandales a talons pour les dames, chemise, pantalon et blazer pour messieurs. Ils semblent oublier, majoritairement, qu’il s’agit d’un bal masque. Mais ce n’est pas trop grave. Ce detail ne va pas changer le <>.

Le temps d’un selfie ou d’une photo de groupe pour immortaliser ce moment, les yeux cherchent deja la direction conduisant a la salle ou le plaisir sera consomme a son paroxysme.

Apres trois a cinq minutes de marche, ils arrivent a destination. Il faut faire le pied de grue avec cette masse de party people devant l’entree de la salle. Ils s’impatientent. D’autant que Kreyol La vient de donner le coup d’envoi.

Bousculades, bourdonnements par ci et par la, cette premiere epreuve sera finalement passee a coups de sueur et de determination. Destination finale atteinte.

Cependant, pour ceux et celles qui souhaitent se retrouver au premier rang des evenements, une nouvelle epreuve s’impose. On l’appellera jouer des coudes. La salle etant truffee de gens, c’est l’unique moyen d’arriver devant le stage et de s’amuser de pres avec le fameux autoproclame Michael Jackson.

Pantalon et veste a rayures noir et blanc assortis a une chemise a fleurs de la meme couleur et un chapeau noir, TJo Zenny mene la danse avec son groupe grace a <>. Fidele a son statut d’animateur invetere, le numero un des Apaches mise tout sur ce point fort, ce qui lui reussit grandement. D’autant qu’il peut compter ce soir sur un public cooperant et qui veut absolument profiter de tout. Il n’a qu’a les guider avec des pas de danse (a gauche, a droite, devant, derriere), de simples gestes (les mains en l’air, balancez-les) pour que le tour soit joue.

L’homme aux cheveux blancs baisse un peu le ton, avec <> et permet du coup, a quelques solitaires de chanter, bras ouverts, le refrain de cette chanson. <>.

Puis, il s’en va. Du raboday ? Non, il n’a pas utilise sa carte favorite ou du moins, il n’a pas eu le temps de s’en servir. Le temps fait la guerre dans les fetes en Republique dominicaine. Il faut liberer la place au King et a son groupe. Sans trop tarder, les musiciens de Nu Look prennent place, avec les deux choristes (robe courte cuir evasee noire, bottes et chapeaux de la meme couleur ; le tout accessoirise avec des masques argentes) qui executent un show de danse. Le prelude avant l’entree triomphale du roi.

Pluie de confettis, le public est deja en delire des l’attaque de <> alors que Arly Lariviere s’amene. La grande surprise : son traditionnel costume ou encore sa chemise et son pantalon sont mis de cote. Le maestro joue plutot a l’homme decontracte ce soir. Jeans noirs, chemise noire ouverte sur une chaine en or, une casquette, des lunettes et une paire de baskets or. On sent qu’il est venu marquer les esprits et faire la fete pour la premiere fois en Republique dominicaine, en 20 ans d’existence de son groupe.

Chose dite, chose faite. Le chanteur-keyboardiste est on ne peut plus motive. Tel un poisson dans l’eau, Arly s’amuse sur scene autant que ses fans qui s’agglutinent devant lui. Il enchaine avec <> et <>. Le public est desormais en transe. Ils connaissent par coeur les chansons de leur groupe et ne se fait pas prier pour chanter avec l’artiste.

Le front man de Nu Look est adule. Sa carriere est aussi gravee dans le temps. L’ambassadeur d’Haiti en Republique dominicaine, Smith Augustin, en est conscient, a un point de voler quelques minutes aux fetards afin de remettre une plaque d’honneur a l’auteur de <>. Tout comme King Kino et TJo ont egalement ete honores par le representant du pays en territoire voisin.

Le King met le feu. Pur et doux euphemisme. Est-on donc oblige de vous rappeler que le fils de Daniel Lariviere detient dans son repertoire des hits intemporels ? <>, execute tantot en a capella par ses fans, avec un bref passage de Lariviere au keyboard, le confirme. La preuve, avec ce titre, la nuit va desormais a crescendo. La soiree se termine en toute intensite avec <>, avant qu’Arly ait cede sa place au chanteur King Kino pour l’interpretation de son titre phare <>. Nu Look fait ses adieux dans l’espoir de retrouver ce meme public pour le reste de sa tournee chez les Dominicains. Hommes et femmes prennent la sortie, les pieds fatigues mais le coeur conquis. Il est 2 heures du matin passees de 35 minutes.