Sous-traitance : le spectre de la delocalisation des usines n’est pas un chantage, assure Clifford Apaid

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Les usines textiles du Parc industriel metropolitain et celles de la route de l’aeroport n’ont pas pu travailler pour une deuxieme journee consecutive ce vendredi. Dans une note publiee mercredi 23 fevrier, l’Association des industries d’Haiti (ADIH) avait explique que cette mesure a ete adoptee en vue de proteger les ouvriers et les installations. Depuis trois semaines, des syndicats d’ouvriers protestent pour exiger 1500 gourdes comme salaire minimum. L’ADIH a dit deplorer et condamner des attaques visant les usines.

En interview sur Magik9 jeudi 24 fevrier, le vice-president de l’ADIH, Clifford Apaid, avait indique que son association ne s’opposait pas aux revendications des ouvriers mais desapprouvait la methode. D’un autre cote, Clifford Apaid a explique pourquoi l’industrie de la sous-traitance est tres sensible, contrairement a d’autres secteurs en Haiti. <>, a-t-il analyse.

Selon M. Apaid, le spectre de la delocalisation des usines n’est pas un chantage. <>, a-t-il plaide.

Le vice-president de l’ADIH a egalement propose l’augmentation des emplois dans le pays afin de baisser la tension. <>, a-t-il suggere.

Pour sa part, le syndicaliste Fignole Saint-Cyr a souligne que la menace de delocalisation des usines n’est pas nouvelle. <>, a soutenu Fignole Saint-Cyr.