Sumfest 2024 à Miami : une édition électrisante pour la diaspora haïtienne

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Getting your Trinity Audio player ready…

La sixième édition de Sumfest s’est tenue le dimanche 7 juillet 2024, marquant une nouvelle réussite pour cet événement majeur de la diaspora haïtienne. Pour la deuxième année consécutive, Sumfest a pris place à Miami, à l’« Historic Virginia Key Beach », offrant un espace propice à l’amusement et aux retrouvailles pour plusieurs milliers d’Haïtiens expatriés.

L’édition de cette année a vu défiler une pléiade de groupes, DJ et artistes sur scène, parmi lesquels Kreyòl La, Kaï, Vayb, Tony Mix, Tafa Mi Soleil, Valmix, Harmonik, Kanis, et Roody Roodboy. Ces artistes ont su créer une ambiance électrisante, captivant le public de 10 heures du matin jusqu’à 11 heures du soir. DJ Tony Mix, en particulier, a joué un rôle crucial en animant la foule, la faisant bouger, danser et s’amuser avec ses sets dynamiques.

Sumfest 2024 a une fois de plus démontré la capacité des organisateurs à offrir un événement de qualité, malgré les défis posés par la situation sécuritaire en Haïti. En raison de cette instabilité, Sumfest a été relocalisé aux États-Unis pour les deux dernières éditions, la dernière occurrence en Haïti datant de 2022.

Un élément marquant de l’édition de cette année a été la prolifération de photos en ligne mettant en avant les fesses des participantes, ce qui a suscité une avalanche de commentaires de la part des internautes. Ce phénomène, bien que controversé, a ajouté une dimension supplémentaire aux discussions autour de l’événement.

Sumfest continue de se positionner comme un rendez-vous incontournable pour la diaspora haïtienne en attendant un retour à la normale de la situation en Haïti. L’événement offre chaque année une parenthèse de joie et de divertissement pendant la période des grandes vacances. Malgré les défis, les organisateurs ont su maintenir un haut niveau de satisfaction parmi les participants, promettant ainsi de belles éditions à venir.

A lire aussi :

Les policiers kenyans ne sécurisent pas l’ambassade des Etats-Unis