Sur le chemin de l’oubli, les larmes des Forces Armees d’Haiti

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Un Major en activite des Forces Armees d’Haiti (FADH) a verse des larmes ameres, le 18 novembre, alors qu’il intervenait devant les plus hautes autorites de l’Etat. La video a fait le tour des reseaux. Chacun tente depuis de trouver justifications et explications a ce moment de faiblesse, a cet aveu d’impuissance, a cet epanchement douloureux, a cette explosion d’une rage qui semble avoir ete longtemps contenue.

Un officier qui laisse parler ses emotions en public, est-ce une attitude inscrite dans le manuel d’instruction militaire ?

Le message retenu est que le Major demande des armes pour les FADH. Dans aucun discours du 18 novembre de cette annee, ni avant d’ailleurs, jamais l’Armee n’a presente d’excuses a la population, encore moins promis de faire mieux que la derniere fois qu’elle avait des armes.

Les Forces Armees d’Haiti ont ete demobilisees en 1995 parce que ses responsables avaient commis des fautes contre la nation. Retablir la confiance, repartir sur de nouvelles bases, n’est-ce pas une necessite avant le rearmement ?

Le denuement avoue et la sincerite affichee par l’officier ont eu un echo dans toute la population. Les larmes du Major serviront-elles d’eau de bapteme pour le renouveau ? L’avenir dira le reste.

Entre 1986 et 1994, les armes lourdes, le corps des engins lourds, garnison des derniers engins blindes haitiens, ont surtout servi contre la population civile et pour fomenter des coups d’Etat. L’Armee doit se laver de cette souillure.

Apres le debarquement de l’armee americaine en septembre 1994, beaucoup des armes des FADH ont ete soit detruites, vendues ou volees. L’Armee qui avait le controle de ses stocks n’en a jamais rien dit. Les armes et munitions restantes se sont-elles volatilisees ou ont-elles ete inventoriees et transmises a la PNH ? La precipitation de la demobilisation a-t-elle permis cela ?

Des officiers qui faisaient partie du haut etat-major des FADH en 1994 sont a nouveau en responsabilite en 2021. N’ont-ils rien a dire a la nation ? Ni explications, ni excuses, ni promesses ?

Pour revenir a la demande d’armes pour les FADH, Le Nouvelliste publie dans cette edition un texte du Lieutenant-general Prosper Avril. L’ancien president de la Republique, qui a dirige un gouvernement militaire, vole au secours du Major pour expliquer qu’il a utilise une metaphore car les equipements qu’il demande ne sauraient suffire pour mener a bien la mission dont il se parle.

Le General-president prend les mots du Major comme un cri du coeur et ecrit : << J'ai bien dit "un cri du coeur" car tout militaire sait tres bien que la mise a la disposition de l'armee de deux (2) chars d'assaut et d'un (1) helicoptere de combat ne saurait suffire pour juguler cette crise aux multiples facettes que connait actuellement notre pays.

Ce cri du coeur doit etre interprete dans le meme sens que le mot du savant grec Archimede qui, pour faire etat des vertus du principe du levier qu’il venait de decouvrir, eut a dire : <> Oui, c’est dans ce sens que l’Haitien doit comprendre la declaration teintee d’emotion du Major Eddy Marcelin. Par son message, il plaide pour le rearmement effectif de notre nouvelle armee. >>

Le president Avril a raison. Il faut bien comprendre les propos du Major. Ne pas tirer des plans a partir de deux chars et d’un helicoptere. Il en faudrait des dizaines. Il faut surtout une armee qui retrouve la confiance de la population. Il faut des autorites politiques qui savent ce qu’elles veulent et ne jouent plus dans les deux camps. Il faut une doctrine et des services d’intelligence. Il faut aussi remettre l’Armee en confiance et convaincre chaque officier, sous-officier et soldat que leur mission n’est pas de tuer, maltraiter, arreter des civils ni de prendre le pouvoir a la place des elus.

De l’Armee des va-nu-pieds des premieres revoltes en passant par les generaux qui les ont conduits a l’independance jusqu’a ceux qui ont fomente des soulevements au 19e siecle et des coup-d’etats au 20e, c’est une longue et parfois douloureuse histoire avec la nation. L’Armee devrait toujours se rappeler que le peuple n’est pas le marchepied pour l’aider a atteindre ses buts ni un piedestal pour ses mauvais desseins mais un compagnon indispensable, indissociable.

Le 18 novembre 2021, dans un Champ de Mars vide, avec des heros de l’independance, tous militaires, laisses a l’abandon dans un environnement insalubre, nos strateges ont rate une occasion de retrouver le pays et de reflechir a la complexite de ses problemes.

Quoi qu’on pense, quoi qu’on dise, le pays ne reve pas de comment alimenter la spirale des violences ni de nouveaux massacres. Aujourd’hui, dans une atmosphere de grand desespoir et de dissension, les reves communs de la population sont l’ordre et l’efficacite de ses forces de securite.

Que les larmes des Forces Armees d’Haiti, en ce 18 novembre 2021, soient les dernieres sur le chemin de l’oubli des erreurs passees pour que de plus belles pages racontent l’histoire commune du peuple et de ses gens d’armes.