Suspension des visas pour les etudiants haitiens, Claude Joseph espere la revision de cette decision dominicaine

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

C’est au nom du principe de <> que le chancelier haitien, Claude Joseph, dit expliquer le message qu’il a poste sur son compte Twitter appelant le gouvernement dominicain et celui d’Haiti a travailler en commun accord pour enrayer le probleme de l’insecurite. <>. <>, a-t-il dit, rappelant qu’un major de l’armee dominicaine a ete tue hier en Republique dominicaine alors qu’on tentait de lui voler son portable.

<>, a-t-il declare, jugeant non interessante la facon dont le tweet a ete interprete. Tout en rappelant qu’a propos de l’insecurite en terre voisine, il a fait reference a une note du departement d’Etat americain, le titulaire du MAE regrette la decision prise par le gouvernement dominicain de suspendre les visas des etudiants haitiens qui, dit-il, deboursent leur argent pour etudier. Claude Joseph pense qu’au nom de la sagesse les autorites dominicaines vont reviser cette decision.

<>, a explique le chancelier. M. Joseph, s’appuyant sur cette mesure, pense que les Haitiens qui investissent en Republique dominicaine ne sont pas a l’abri <>, s’est-il alarme.

M. Joseph pense que cette resolution est precipitee. <> Il dit esperer que les autorites des deux pays vont travailler ensemble pour resoudre ces problemes. D’abord une meilleure interpretation de la position de la chancellerie haitienne par rapport a cette invitation a travailler ensemble pour resoudre le probleme de l’insecurite sur l’ile et ensuite cette question de visa pour les etudiants en Republique dominicaine >>. Soulignant l’ensemble des sorties des autorites dominicaines sur Haiti, M. Joseph indique qu’ <>.

M. Joseph croit qu’Haiti doit etre consulte pour toute decision la concernant, que ce soit une expression de solidarite en sa faveur. Le ministre juge opportun de lancer un message de l’unite au peuple haitien pour faire face <>, <>. Il lance ce message aux protagonistes politiques.