Sylvain Salnave et nous

A l’evocation du nom de Sylvain Salnave, je ne puis m’empecher de fredonner le couplet suivant que des fillettes, sautant a la corde, recitaient dans le quartier de Jubile, ou, enfant, j’ai habite brievement, a Jeremie :

<>

C’est ainsi que j’ai fait pour la premiere fois la connaissance de Salnave. Comme on peut le constater, tous les mots de ce couplet commencent par la lettre S, a l’exemple de Sylvain Salnave. Le quartier de Jubile est considere aujourd’hui encore par des Jeremiens qui y sont nes et qui y ont grandi (je pense entre autres a Guiton Dorimain et a Janin Leonidas) comme le lieu le plus important de la ville, ou mieux, comme le zero kilomerique (kilometre 0) des arteres de la cite. N’etant pas natif de Jubile, je ne fais que rapporter ce fait sans vraiment y souscrire. En tout cas, il parait que Jeremie en general et Jubile en particulier etaient des bastions du salnavisme.

J’en sais gre a Michel Soukar d’avoir livre au public ce livre, <>, qui me remet en memoire ces souvenirs lointains. C’est quand meme un livre fascinant et assez etrange qui confirme, s’il en etait besoin, le talent de l’auteur dans la maieutique du roman historique dans lequel le merveilleux se marie au surnaturel, la felonie a la cupidite, la couardise a la bravoure, pour nous peindre un tableau a la fois captivant et cruel des realites politiques de chez nous. Comme toujours dans ce genre de situation, c’est la realite qui est cruelle. Ce n’est ni le livre ni l’auteur…

Pour temperer un peu le cote rugueux et brusque des protagonistes et pour gommer les asperites des personnages, l’auteur a brosse de temps en temps un profil humain et presque affectueux de ces guerriers politiciens, qui s’inquietent pour leurs familles dans la tourmente. Comme en temoignent les correspondances de Sylvain Salnave et de Nissage Saget avec leurs compagnes respectives, Wilmina et Marie-Louise. Le fait que rien n’ait ete devoile de la vie privee et de la famille de Boisrond Canal est a mon avis un testament du caractere de ce dernier qui a laisse dans l’histoire le souvenir d’un politicien cynique, calculateur et vindicatif. Il ne pardonne pas a Salnave d’avoir, selon lui, trahi la classe des mulatres et des possedants.

L’Histoire ne se repete pas, dit-on ou si elle se repete, la premiere fois c’est comme une tragedie, la deuxieme comme une comedie. Chez nous, en Haiti, quand elle se repete, c’est plus souvent comme tragedie ou comme tragi-comedie avec toujours les memes victimes, a travers les ages, les gens du peuple et les tenants de la classe moyenne. Des fois aussi, mais tres rarement, certains fossoyeurs de la patrie au pouvoir en arrivent a creuser eux-memes leurs propres tombes, en dechainant des forces qu’ils ne peuvent pas controler et qui finissent par les occire.

Salnave figure dans l’histoire d’Haiti comme un guerrier certes, mais un guerrier vaillant, sincere et honnete, qui, de surcroit, n’a jamais pense a s’enrichir sur le dos du peuple.

Ericq Pierre

8 octobre 2021.