Un livre relié en chaire humaine bientôt retiré de la bibliothèque de Harvard

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

L’université de Harvard s’excuse et annonce qu’elle va mretirer un livre relié avec de la chaire humaine

La prestigieuse université américaine Harvard a présenté ses excuses pour la détention depuis près d’un siècle d’un livre français des années 1880 relié avec de la peau humaine, qui va être retiré de l’ouvrage.

Dans un communiqué reçu jeudi, le service des bibliothèques de la plus ancienne université des Etats-Unis indique avoir « retiré la peau humaine de la reliure d’un exemplaire du livre d’Arsène Houssaye ”Des destinées de l’âme” (années 1880) détenu par la bibliothèque Houghton ».

Le service des « bibliothèques de Harvard reconnaît ses échecs sur cette affaire qui touche à la dignité d’un être humain dont des restes avaient été utilisés pour relier le livre. Nous présentons nos excuses à celles et ceux qui en ont été affectés ».

L’université, fondée en 1636 à Cambridge, en banlieue de Boston (Massachusetts, nord-est), a déploré que ces « pratiques ne soient pas conformes aux normes éthiques qu’elle s’est fixées ». Arsène Houssaye (1814-1896) fut un écrivain, journaliste, critique littéraire et collectionneur français dont l’ouvrage Des destinées de l’âme est une réflexion et une méditation sur la vie après la mort.

Le service des bibliothèques de Harvard avait révélé en 2014, après des tests scientifiques, que ce livre qu’elle possède depuis 1934 d’un ancien étudiant du début du XXe siècle, était recouvert et relié avec de la chair et de la peau d’un être humain.

Il y a dix ans, Harvard avait expliqué que l’écrivain français avait montré son livre à un médecin et bibliophile, Ludovic Bouland (1839-1933). Ce dernier avait alors eu l’idée de relier l’ouvrage avec la peau d’une patiente atteinte de troubles mentaux et brutalement décédée. Sans « aucun consentement », précise Harvard. Les experts appellent cette pratique la « bibliopégie anthropodermique ».

AFP/ Houghton Library, Harvard

À lire aussi :

Kidnappé par le gang 400 Mawozo, le youtubeur américain d’origine libanaise a recouvré sa liberté