Un malfrat a appuye sur la detente et une etoile s’est eteinte

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le crime crapuleux contre la personne de feu notre collegue Leger Boyer, professeur a l’universite et jeune cadre de la Direction generale des impots (DGI) dans la soiree du lundi 25 avril 2022 a Delmas 83, est une enieme demonstration, si tant fut le besoin, de la banalisation paroxystique de la vie en Haiti et cela doit amener chaque Haitien a cet amer sentiment d’indignation et de revolte. Une detente, on a juste appuye sur une detente !

Digne fils d’Arniquet a qui il souhaitait rendre son lustre d’antan (en temoigne son engagement de longue date dans la gestion des affaires de cette commune du Sud), M. Boyer fut un homme au grand coeur. En tout cas, un coeur assez grand pour accueillir tous ceux (proches ou moins proches) qui s’en venaient solliciter un service, lequel etait vite execute ; car etant dans l’efficacite pure, il agissait toujours prestement. Cet homme aux mille bontes qui aimait jalousement sa localite et aidait immoderement son entourage est parti pour l’Orient eternel : un malfrat a juste appuye sur la detente !

Jovial comme lui seul, Leger s’apparentait a ce rare, mais delicieux melange de serieux, voire d’austerite dans l’action et de cette spontaneite humoristique, donc capable de sortir un brin d’humour circonstancie a chaque evenement. A son contact, on etait submerge de blagues et d’anecdotes d’une succulence particuliere qui faisaient retentir des eclats de rires. Tels eclats qui detonnent malheureusement avec ce moment de profondes douleurs, de gemissements occasionnes par la disparition brutale de ce jeune homme apprecie de tous. Ce sens de l’humour legendaire et les moments de joie qui allaient avec ne sont plus qu’un souvenir, une reminiscence car un individu sans valeur residuelle, un passif de la societe a decide d’appuyer sur cette satanee detente !

Intelligent et travailleur, M. Boyer n’a pas rechigne a prendre l’escalier, l’ascenseur social en Haiti etant toujours en panne. Il a realise tout le cheminement ultra exigeant de la societe haitienne pour devenir un citoyen utile a lui-meme, aux siens et au pays en general. Apres des etudes classiques d’excellente facture dans sa contree natale, il est venu s’etablir a Port-au-Prince pour entamer a l’INAGHEI un cursus universitaire en sciences administratives ; option comptabilite. Une fois la licence obtenue, il rejoint l’Ecole nationale d’administration financiere (ENAF), promotion 2013-2015, ou son esprit petillant et son patriotisme debordant n’ont laisse personne indifferent. Pour couronner le tout, il est parti en France pour une specialisation en fiscalite a l’Ecole nationale des finances publiques (ENFIP). Revenu au pays pour continuer a servir a travers ses fonctions a la DGI et pour encadrer d’autres jeunes universitaires a titre de professeur, M. Boyer s’enorgueillissait de pouvoir etre compte parmi les personnes ressources du pays, les actifs de la societe haitienne. Mais le complot contre l’intelligence, jadis denonce par le tres regrette professeur Lesly F. Manigat, a eu raison de lui. On ne lui a pas laisse la chance d’accomplir sa destinee, il a fallu qu’une creance sociale irrecouvrable appuie sur la detente.

Hier encore, le professeur Leger Boyer s’indignait de la disparition de ceux qui ont choisi Haiti au-dessus de tout comme ce fut le cas du professeur Dorval Monferrier et aujourd’hui il n’est plus. Oui ! de nos jours, il semble que dans notre pays, tot ou tard, des gens de bien ont fait, font et finiront par faire face a ces escadrons de la mort qui ne cessent d’appuyer sur la detente !

Il va sans dire que les opportunites d’une emigration ne manquaient pas, neanmoins, le professeur Leger croyait devoir consacrer son energie et son savoir a la cause de sa fiere Haiti. Telle a ete sa terrible meprise car ses bourreaux, eux, ne connaissent aucune notion d’attachement a la patrie, aucune ideologie, aucune morale, ils ne savent qu’appuyer lachement sur la detente.

Cet acte barbare, revoltant, injustifiable et injustifie temoigne encore une fois, une fois de plus, une fois de trop, de l’indifference totale des autorites du pays a l’egard des valeurs humaines. Pas une note de condamnation ! Le ministere de l’Economie et des Finances et la Direction generale des impots (DGI) n’ont montre aucun signe d’indignation. Il s’agit egalement de relever la timidite, sinon l’insignifiance des mesures des pouvoirs publics rapportees a l’extravagance des moyens des criminels et de leurs strategies. L’Etat haitien, par son inertie, se fait le complice de ces terroristes (puisqu’il faut les appeler par leur nom) qui ne cessent de semer le deuil et la desolation dans notre communaute. Aucune societe humaine ne peut esperer se mithridatiser avec la violence, notre histoire en est la preuve. La violence, on la combat par tous les moyens, point. Les fils et filles de la nation doivent se mettre debout pour contrer cette offensive qui, si elle n’est pas immediatement conjuree, finira par provoquer l’implosion de la societe. Apres des annees de service public, <> quand les coupables restent impunis apres avoir lugubrement appuye sur la detente ?

Ce drame jette une lumiere crue sur une bien vilaine realite que les decideurs preferent ignorer. Rester en Haiti pour ceux qui rejettent la violence et l’argent facile comme outils de promotion sociale est devenu un jeu dangereux, et notre collaborateur Leger Boyer a paye au prix fort son sens du bien commun et sa volonte de participer au developpement du grand Sud, particulierement sa ville natale Arniquet… laquelle ne le reverra plus, car sans se soucier de la peine que ce depart peut entrainer au sein de la famille de ce brillant patriote, ces quidams a la gachette facile ont appuye sur la detente.

Les autorites n’arrivent pas a s’affirmer comme des acteurs capables de se doter de structures ou de personnes en mesure de transcrire un rapport de forces. Malheureusement, le pouvoir, lui, compte toujours sur sa resilience et jouera la montre pendant que le corps sans vie d’honnetes gens comme Leger Boyer continue de joncher le sol, parfois sous une pluie battante, juste apres la detente.

Il faut mettre a profit ce drame effroyable pour qu’il y ait un sursaut : mettre hors d’etat de nuire tous les groupes armes et les malfrats qui sement la mort au quotidien dans ce pays ! Toute la population doit se sentir concernee et les fonctionnaires publics en particulier qui se sacrifient quotidiennement, comme ce fut le cas de Leger Boyer, doivent trouver les voies et moyens de parvenir a de meilleures conditions d’existence. Il n’est pas interdit d’etre en colere quant a l’indifference de ceux qui leur reclament la productivite mais qui ne considerent pas que leurs vies sont precieuses tout comme celles de leurs familles vivant a l’etranger ; ainsi leurs etres chers ne peuvent se retrouver a l’autre bout d’une arme, comme M. Boyer, quand on appuie sur la detente.

N’attendez pas d’etre le prochain sur la liste pour exprimer votre degout face a une situation de plus en plus insoutenable, la liste de ceux qui auront fait face a cette sinistre detente !

Comme pouvait dire l’autre : le malheur de vous avoir perdu trop tot ne doit pas faire oublier a vos camarades de promotion de l’ENAF 2013-2015 et tous ceux qui t’ont cotoye, le bonheur de vous avoir connu.

Puisse le souvenir de ce nom, Leger Boyer, perturbe le sommeil des insouciants et bourreaux a chaque apparition de l’astre du soir ! Mauvaise detente !

Promotion 2013-2015 de l’ENAF.