Un sommet politique pour ?viter le chaos et sauver Ha?ti

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Mes chers compatriotes,

Si je m’adresse ? vous en ce moment, c’est parce que la situation chaotique de notre pays l’exige. Je mesure l’angoisse et l’inqui?tude qui sont les v?tres. Je vois le d?sespoir qui envahit les familles ha?tiennes elles-m?mes rendues impuissantes dans la grande souffrance de voir le pays s’effondrer. Ce qui se passe actuellement en Ha?ti est un v?ritable drame. Je me sens donc l?gitime ? interpeller les trois acteurs majeurs qui, ? mon sens, sont appel? ? jouer un r?le crucial dans la r?solution de la crise s’ils parvenaient ? s’?lever ? la hauteur des enjeux de l’heure. J’interpelle le gouvernement de la r?publique, les partis politiques et la soci?t? civile.

Le Premier Ministre, dans la r?alit? qui est la sienne depuis treize mois, n’a jamais pu r?pondre aux deux exigences principales qui constituent ses responsabilit?s : r?tablir la s?curit? et organiser des ?lections. Chemin faisant, il n’a jamais pu trouver un consensus politique entre les forces vives du pays pour se donner une l?gitimit? que ne lui conf?re pas la constitution. L’accord politique du 11 septembre qu’il avait pourtant lui-m?me ?chafaud? avec ses alli?s et qu’il pr?sentait comme celui auquel les acteurs devaient se rallier, est aujourd’hui en lambeaux.

C’est dans ce contexte chaotique qu’il a attis? davantage la col?re de la population en doublant le prix de l’essence ? la pompe, de fa?on brusque, inconvenante, entrainant la d?gradation d’une situation d?j? pr?caire. Cette annonce faite dans la nuit par le Chef de gouvernement, sans notification de mesures concr?tes d’accompagnement social, a suscit? une col?re populaire et des ?meutes qui ont caus? pillages, saccages et destruction. Face ? ces ?v?nements, on ?tait en droit d’esp?rer une r?ponse proportionnelle du chef de gouvernement. Mais dans son message ? la nation, il n’a annonc? aucune initiative politique d’envergure. Chemin faisant, il a rat? l’essentiel c’est-?-dire de prendre les acteurs au mot en acceptant avec humilit? et esprit de d?passement la n?cessit? d’un nouveau dialogue. Trop souvent, les dirigeants ha?tiens p?chent par le m?me d?faut dans leur conception du pouvoir qui tient plut?t ? la dur?e sans tenir compte des responsabilit?s.

Aux acteurs de la classe politique, je rappelle l’urgente n?cessit? qu’ils mettent l’int?r?t national d’abord avant tout autre int?r?t de parti ou de clan. Chez nous, la lutte politique se r?sume trop souvent ? un partage de g?teau ou les responsables politiquesn?gocient des postes aux fins d’avantages personnels. En p?riode normale, il n’y aurait aucun probl?me ? ce que des partis politiques occupent des espaces de pouvoir dans le cadre d’une alliance politique bien comprise. Cependant en p?riode de transition, il n’est ni souhaitable ni d?cent que des partis politiques aient le contr?le de minist?res qui pourraient ?tre utilis?es ? des fins ?lectorales. En Ha?ti, il faut que <> politique se fasse autrement pour que <> politique retrouve la confiance perdue de la population. Le temps du partage de g?teaux est r?volu. C’est par la voie des urnes que les partis politiques doivent acc?der au pouvoir. Qu’ils s’y pr?parent ! L’importance des chantiers qui nous attendent d?passe la conception des petits chefs.

Aux acteurs de la soci?t? civile, je rappelle l’urgence qu’ils continuent ? s’engager pour aider ? la solution de la crise. J’ai suivi avec int?r?t la position de tous les secteurs organis?s du pays qui, de toutes parts, ont reconnu l’?vidence du malaise ha?tien. Il faut esp?rer activement que ces diff?rentes compr?hensions puissent se convertir en une conscience collective orient?e vers une qu?te v?ritable de salut public.

Le peuple ha?tien vit aujourd’hui de grands malheurs et travers une p?riode de grandes incertitudes. J’apporte mon appui inconditionnel aux revendications justes de notre peuple souffrant qui dit NON aux conditions abjectes qui constituent son quotidien. A travers les manifestations de rue, les ha?tiens et les ha?tiennes disent leur ras-le-bol contre la mis?re, la chert? de la vie. Reconnaissons que les in?galit?s sociales aujourd’hui en Ha?ti ont atteint des proportions qui m?ritent d’?tre corrig?es.

Chemin faisant, j’exhorte la population ? manifester ses frustrations l?gitimes de mani?re pacifique et sans violence. Les biens de l’?tat que nous d?truisons aujourd’hui ont vocation ? servir la population. Dans l’?tat de droit que nous devons construire, il n’y a pas de place pour les actes de pillage, d’incendie, de destructions. Pas de place pour des attaques d’entreprises et r?sidences priv?es, des acteurs politiques, des ?coles, des ?glises. Aussi je condamne avec fermet? les pertes de biens et de vies et pr?sente mes sympathies aux victimes en esp?rant qu’elles trouveront le courage de remonter la pente.

Pour redonner espoir ? notre population, et ne pas rester les bras crois?s ? voir le pays sombrer, j’invite les acteurs susmentionn?s ? tenir en urgence un sommet politique pour ?viter le chaos et sauver Ha?ti. Ce sommet devrait paver la voie ? un nouveau gouvernement compos? de personnalit?s de la soci?t? civile r?put?es cr?dibles et int?gres, qui inspirent confiance notamment aux acteurs politiques appel?es ? concourir bient?t aux ?lections. Les quatre missions majeures de ce gouvernement sont ?videntes.

1- D’abord d?finir et d?ployer un plan de s?curit? pour r?tablir l’ordre et l’autorit? de l’?tat. A quoi sert-il de continuer ? parler d’?lections quand la route de Martissant est interdite d’acc?s ? la libre circulation de la population ? Comment envisager des ?lections quand de nombreux quartiers de la capitale demeure des zones de non-droit ?

2- Ensuite mettre sur pied un Conseil ?lectoral impartial form?e de personnalit?s cr?dibles et connues repr?sentant 9 secteurs vitaux de la vie nationale. Ce Conseil proposera un d?cret ?lectoral assurant, entre autres, le droit de vote des ha?tiens vivant ? l’?tranger. Il est venu le temps de reconnaitre l’importance de notre diaspora en lui accordant ce privil?ge qui lui revient de droit.

3- De mettre en place un haut conseil en charge de la r?forme constitutionnelle avec pour mission de proposer des changements ? la loi-m?re ? partir des travaux de r?f?rence d?j? r?alis?s sur ce sujet. Leurs propositions seraient valid?es par consultation populaire. Il ne s’agit pas ici de faire une r?forme en profondeur mais de r?aliser le toilettage n?cessaire permettant aux prochaines autorit?s ?lues de diriger sous l’?gide d’une loi-m?re all?g?e de ses carences, ses failles et ses faiblesses.

4- de cr?er les conditions pour relancer l’activit? ?conomique notamment ? travers le lancement d’un programme ? haute intensit? de main d’oeuvre et la restauration d’un climat de nouveau propice ? l’investissement priv?, la cr?ation d’emplois et la croissance ?conomique.

Chers compatriotes, j’ai la conscience de l’immensit? de la t?che ? laquelle je convie les acteurs. Mais je reste confiant qu’ils sauront se hisser ? la hauteur des d?fis de l’heure et de la gravit? du moment.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.