Une belle habitude

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Dans les milieux culturels et litteraires, c’est etrange comment la question du maintien, de la creation d’instances nationales de reconnaissance, de legitimation et de valorisation ait pu faire debat. Une chose, un combat qui pourtant va de soi. Une bibliotheque portant le nom d’un ecrivain, la multiplication de prix, de festivals a l’echelle regionale ou nationale, la multiplication des lieux de rencontres et d’echanges, des choses qui paraissent naturelles ailleurs et qu’on a peur de revendiquer et d’activer ici.

Heureusement, il y a des individus et des institutions qui persistent dans cette voie. La ceremonie de presentation de <>, oeuvre laureate du prix Deschamps 2021, ce vendredi 8 avril est un evenement majeur. Le livre est beau. L’auteur, Louis Bernard Henry, est jeune. C’est un premier roman qui laisse esperer et qui s’inscrit dans la grande tradition de la litterature sociale haitienne. Le jeune homme n’a d’ailleurs pas peur d’exprimer ses convictions.

Mais le plus important est le lancement de la quarante-septieme edition. Le prix Deschamps, comme toute chose vivante, a connu des hauts et des bas. Il faut reconnaitre que depuis quelques annees il a pris de la vigueur, a interpelle candidats et lecteurs. Un grand prix, c’est des oeuvres qui vont s’inscrire dans la longue duree. Certains avaient juge severe la decision du jury de ne pas attribuer le prix en 2016. Aucun des manuscrits recus ne repondait aux criteres, selon le jury. C’est un vice de croire que toute oeuvre soumise doit etre primee. La severite, meme s’il y a dans toute decision une part d’arbitraire, avait contribue a revaloriser le prix. (Yon moun pa ka voye nenpot bagay epi atann li pou yo bat bravo pou li). Les livres primes aux editions suivantes ont ete d’une grande qualite litteraire. <>, de Saika Ceus, et le tres beau <> de Ronald C. Paul.

Desormais, sans dire que toutes les oeuvres primees dans l’histoire du prix ne le meritaient pas, une habitude semble s’installer, celle d’attendre que l’oeuvre primee soit de qualite. Le prix Deschamps, attendons-nous a un bon livre. C’est bien pour le prix et pour le milieu litteraire haitien, et surtout pour les eventuels lecteurs.

Sur le plan general, Il faut souhaiter une ouverture vers la variete. Aucune activite ne peut representer l’ensemble. Il s’ecrit des choses tres differentes, avec des options thematiques et esthetiques qui se contredisent. Et il importe que cette variete puisse trouver des cadres pour etre exprimee. En cela, le prix Deschamps, ouvert a tous les genres, prend la place d’une sorte de grand prix national. Toutefois, souhaitons la creation d’autres prix, plus specifiques, consacres a des genres. Il en existe deja quelques-uns, il convient de les supporter et de les porter a la connaissance de tous.

Perseverance, mais aussi qualite du jury, des oeuvres primees et de la structure organisationnelle. Revons : un grand prix de la biographie… du recit journalistique…

L’instance politique s’est fondue dans le marasme, le ridicule, la criminalite. Tout en luttant pour que la politique reprenne sens, il convient de construire aussi en dehors d’elle. En dehors du <> et du <>.