Une DTN qui s’active

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Le Nouvelliste : Resumez pour nous les activites de la FHSA pour l’exercice 2022 qui s’annonce et, sans oublier, celles de la fin d’annee 2021.

Ruby King : En ce qui a trait au resume des activites de la FHSA, en voici le resume :

13 au 22 decembre 2021 : championnat du monde de natation ;

4 au 6 fevrier 2022 : programme natation naval ;

20 au 26 fevrier : clinique de certification niveau 1 pour la nage a distance ;

20 au 26 fevrier : qualification pour Porto Rico ;

28 fevrier au 5 mars 2022 : clinique de certification niveau 1 en Water Polo ;

20 au 26 avril : championnat regional dans le Sud ;

1er mai : championnat regional dans le Nord ;

8 mai : championnat national dans l’Ouest ;

15 mai : clinique de certification niveau 2 en Water Polo ;

5 au 12 juin : championnat regional a Sainte-Lucie ;

1er au 8 juillet 2022 : fete mondiale de la natation ;

10 juillet 2022 : prise en charge de cinq athletes haitiens a l’occasion du programme : <> ;

15 juillet au 15 septebre 2022 : rendez-vous en Republique dominicaine pour les nageurs et nageuses haitiens ;

23 au 27 aout : congres annuel de la FINA pour officiels a Phnom Penh,Cambodge ;

23 au 27 aout : congres annuel de la FINA pour officiels en Allemagne ;

24 au 27 sept. 2022 : formation des officiels a Djibouti, Afrique de l’Est ;

9 au 14 oct. : formation pour maitres nageurs ;

31 oct. au 2 novembre : competition mondiale a Berlin.

LN : Qu’est-ce qui explique ce long silence au niveau local ?

RK : On doit dire que ce silence est du par rapport a la situation sociopolitique qui a paralyse toutes nos activites au niveau national. Par exemple, on avait une campagne de sensibilisation a faire pour recuperer de l’argent pour la piscine de Carrefour et c’est tombe a l’eau. notre objectif c’est d’integrer la natation dans les ecoles avoisinantes. L’on se resigne avec la Marine haitienne qui est mise gracieusement a notre disposition. Jusqu’a present, on ne peut pas arriver a lancer le programme a cause de l’insecurite qui sevit dans le pays et cela cree une sorte de traumatisme.

LN : La conjoncture et le manque de moyens financiers sont a la base de ce long silence. Quel est le plan B ?

RK : Comme je vous l’ai dit tantot, la conjoncture de notre pays est bel et bien l’un des faits et ensuite il y a l’aspect financier. On n’a pas vraiment trouve de l’encadrement aupres des instances concernees comme le Comite olympique haitien (COH), le ministere des Sports et le gouvernement.

LN : A defaut de la piscine olympique de Carrefour dans quelle piscine faites-vous vos activites ?

RK : Au cours de l’annee 2021, nous avons eu beaucoup d’activites dans d’autres piscines reparties dans la zone de Carrefour et nous avons organise plusieurs seminaires de formation sur la natation, le sauvetage aquatique entre autres.

LN : La pratique et le developpement de la natation a l’echelle du territoire , qu’en est-il ?

RK : Nos moyens financiers et le manque d’encadrement de la part de l’Etat ne nous permettent pas, bien que nous ayons des athletes qui sont en pleine seance de formation a travers le pays. Toutefois nous comptons commencer de tres tot avec la routine afin d’accomplir ce projet qui va permettre non seulement de s’epanouir, mais aussi de developper beaucoup plus les sports aquatiques en Haiti.

LN : Le Water Polo… qu’en est-il exactement depuis cette formation realisee depuis belle lurette ?

RK : Pour le Water Polo, notre plus grand souci est de trouver des sponsors, car le Water Polo demande beaucoup sur le plan financier. Encore une fois et pour faute de moyens financiers, Haiti n’a pas pu prendre part a la competition mondiale au Bresil pour le mois de janvier. Je dois vous dire en passant que nous avons rate pas mal de rendez-vous sur la scene internationale et je tends la main a la communaute des affaires repartie en Haiti de nous venir en aide.

LN : Quelles sont les sources de financement de la FHSA ?

RK : Avant de repondre a cette question, vous savez deja que les sources de financement qu’on devrait avoir en premier lieu provenaient du Comite olympique haitien et du ministere des Sports. Il convient de preciser que depuis sept ans nous ne comptons que sur le support de la famille Mervilus qui nous aide a travers les deplacements et autres. Cela n’empeche qu’on a une bonne relation avec le COH qui, pour sa part, nous aide dans la mesure du possible.

LN : Pour ce qui est de motiver beaucoup plus les femmes a la pratique des sports aquatiques, qu’en est-il ?

RK : Je suis la directrice technique nationale, et membre executif au sein de la FHSA, cela constitue deja une stimulation pour encourager les femmes a s’integrer dans la pratique des sports aquatiques qui sont tres bons pour la sante.

LN : Avez-vous un grand reve pour le developpement et la structuration des sports aquatiques ?

RK : Mon reve le plus cher est de voir la nation concurrencer les autres disciplines pratiquees en Haiti et figurer comme le sport numero 1 au pays. Je suis persuadee que mon reve deviendra realite puisque nous sommes l’unique federation du pays qui a rafle 34 medailles internationales dans moins d’une annee. La natation est dans la culture haitienne et tous les Haitiens ont grand interet de la pratiquer.

LN : Le mot de la fin.

RK : La porte de la federation est ouverte a tout le monde. Elle profite de cette occasion pour lancer un appel a tous les dirigeants du pays, qu’il soit homme ou femme d’affaires, a nous aider afin de demarquer la jeunesse des activites malsaines comme l’alcool et la drogue, mais aussi d’apprendre au plus grand nombre a nager dans le but de sauver des vies. Nous sommes joignables aux : [email protected] www.fhsa.ht 48532475, 36956939, 34432039 et (760)7746601.

Propos recueillis par Emmanuel Bellevue