Une mise au point sur Catherine Flon et les v?rit?s historiques

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Apr?s l’erreur sur la personne qui a fait passer en 1924 un signataire de l’Acte de l’Ind?pendance, l’officier Malet, pour un colon fran?ais de race blanche, voici que se produit une erreur du m?me genre au sujet de Catherine Flon. La lumi?re a ?t? faite sur la v?ritable identit? de Malet dans un article que l’historien et g?n?alogiste Peter Frisch a publi? en cette ann?e 2022 dans la revue de la soci?t? ha?tienne d’histoire, de g?ographie et de g?ologie (pages 112 ? 123 d’une livraison sp?ciale contenant les num?ros 275 ? 282).

De mon c?t?, j’?tais parvenu aux m?mes conclusions que Frisch dans mon plus r?cent livre Ha?ti : Extermination des P?res fondateurs et Pratiques d’exclusion, r?dig? ? peu pr?s en m?me temps que l’article en question. C’est finalement par la g?n?alogie qu’on a pu corriger cette erreur sur la personne de Malet. Le vrai signataire de l’Acte n’?tait pas le colon fran?ais Nicolas Mallet, surnomm? Mal?t Bon Blan, mais l’officier de couleur Jean-Louis Malet.

Dans un souci sans doute louable de faire la lumi?re sur le cheminement de Catherine Flon, certains chercheurs, trop press?s ? mon go?t, ont r?dig? ces derniers temps diverses notes dans lesquelles ils pr?cisent les dates de naissance et de d?c?s de cette obscure couturi?re de l’Arcahaie. Jusqu’au d?but de l’actuelle d?cennie, personne ne s’?tait aventur? ? se prononcer m?me timidement sur ces deux points. L’hypoth?se la plus plausible retenue par la tradition orale au sujet de son d?c?s est qu’elle aurait p?ri en mer en retournant ? L?og?ne le soir du Congr?s du 18 mai. Soudainement, deux dates sont apparues : le 2 d?cembre 1772 pour la naissance ? L?og?ne et le 27 ao?t 1831 pour le d?c?s. Et il n’a pas fallu beaucoup de temps pour que cette information soit pr?sent?e pour vraie et diffus?e officiellement.

En effet, le 15 octobre 2021, la d?l?gation permanente d’Ha?ti aupr?s de l’UNESCO ? Paris diffusait ces informations dans un communiqu? qui ne resta pas lettre morte. Forte de l’appui du Chili, de Cuba et de l’Uruguay, la mission proposait au Conseil ex?cutif de l’organisation d’inscrire au calendrier des c?l?brations de l’ann?e 2022-2023 une proposition relative au 250e anniversaire de la naissance de l’h?ro?ne. Celles-ci ont commenc? le 18 mai en cours et devraient se poursuivre jusqu’en 2023.

Il y a toutefois un probl?me. Dans la pr?cipitation du moment, personne ne s’est donn? la peine de consid?rer ces informations comme des hypoth?ses ? valider et ? confirmer et on est pass? tout de suite ? l’?tape des c?l?brations. Ces deux dates ?tant contraires ? tous les t?moignages oraux et ?crits que j’ai obtenus dans le cadre de mes r?cents travaux, j’ai demand? ? mes collaborateurs de diverses disciplines s’il serait possible d’en v?rifier l’authenticit?. La r?ponse ne s’est pas fait attendre. Il y a eu, une fois de plus, erreur sur la personne.

En histoire, les noms et pr?noms ne peuvent ?tre qu’un point de d?part et il faut toujours concilier les donn?es recueillies avec tout ce que l’on sait d’autre au sujet d’un personnage donn? : ses fr?quentations, ses activit?s personnelles, sociales, professionnelles et politiques et, le cas ?ch?ant, les actes d’?tat civil qu’il a sign?s ou qui le concernent. Manifestement, ces pr?cautions n’ont ?t? prises dans ce cas-ci. Les v?rifications faites dans les dossiers et les registres d’?tat civil ont montr? que les dates de naissance et de d?c?s donn?es pour Catherine Flon sont celles d’une toute autre personne : une Fran?aise du nom de Catherine Levrin, n?e et d?c?d?e dans la commune de Coutiches, dans le Nord Pas-de-Calais, cultivatrice, mari?e le 25 octobre 1803 ? Andr? Joseph Flon, lui aussi un cultivateur. Ces donn?es sont consign?es dans leur acte de mariage qu’on peut consulter en cliquant sur l’adresse :

https://archivesdepartementales.lenord.fr/ark:/33518/3n589lwrsfz1/fbe19f7e-3389-4289-a940-3a7afb31452b .

En outre, rien n’indique que la Catherine Flon de France ait jamais foul? le sol de Saint-Domingue. L’erreur sur la personne est donc flagrante et elle m?rite d’?tre signal?e, puis rectifi?e imm?diatement. Sinon, elle b?n?ficiera sous peu d’une autorit? comparable ? celle de la chose jug?e et elle deviendra une v?rit? historique.

Les divers visages attribu?s ? Andr? Rigaud

Dans le m?me ordre d’id?es, il y a lieu de signaler une erreur tr?s grave relative aux portraits trouv?s pour ce g?n?ral qui a chass? les Anglais du Sud de Saint-Domingue, perdu la guerre du Sud contre Toussaint et tent? sans succ?s une scission du Sud pendant la pr?sidence de son ami et alli? P?tion. Une simple interrogation ? partir de Google r?v?le l’existence des trois portraits ci-dessus du personnage : la premi?re qui semble authentique, avec un nez assez court ; une variante de cette photo dont le nez a visiblement ?t? allong?, ce qui lui donne un air de Pinocchio ; une troisi?me qui n’a aucune ressemblance avec les deux premi?res. En retra?ant l’origine de la derni?re photo avec la fonction Reverse Image Search (Recherche-image invers?e) de Google, on arrive au g?n?ral fran?ais Jean-Charles Pichegru (1761-1804) qui n’a aucun lien avec Andr? Rigaud : https://www.juramusees.fr/decouverte/jean-charles-pichegru/

Consid?r? comme un des g?n?raux les plus populaires de la R?volution fran?aise, Pichegru est mort en 1804 dans la Prison du Temple, ? Paris, o? il ?tait incarc?r? sous l’accusation d’avoir complot? contre la France ? l’?poque o? il ?tait g?n?ral en chef de l’Arm?e du Rhin. Il ?tait accus? ?galement d’avoir complot? avec les royalistes pour tuer Napol?on et ramener les Bourbons au pouvoir en 1803. La rumeur veut qu’il ait ?t? assassin? sur ordre de Napol?on, mais, selon l’enqu?te officielle, il se serait plut?t suicid? pour ?viter l’opprobre d’une ex?cution publique. Les recherches men?es ? l’aide de la fonction Reverse Image Search indiquent que la photo en question a ?t? pour la premi?re fois associ?e au nom d’Andr? Rigaud dans le livre de Claude Ribbe intitul? Une autre histoire, paru en 2016.

Quant ? la photo correctement identifi?e du g?n?ral Pichegru, elle figure au frontispice de la quatri?me ?dition du dixi?me tome de l’Histoire de la R?volution fran?aise publi? en 1834 par Adolphe Thiers et accessible ? l’adresse :

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1415594r/f37.item.r=Pichegru%20Thiers

Ces mises au point n’auraient pas ?t? possibles sans la vigilance ni le concours initial du chercheur et g?n?alogiste Jean-?douard Stam, de Montr?al. Elles ont pour but premier d’aider ? d?couvrir d’importantes v?rit?s historiques, tout en encourageant les auteurs et les chercheurs ? utiliser avec circonspection les donn?es non v?rifi?es qui leur parviennent trop souvent. Je souhaite sinc?rement que nos d?marches ne froissent la susceptibilit? de personne et, surtout, qu’elles ne d?clenchent aucune pol?mique inutile.

Eddy Cav?

Ottawa, le 1er juin 2022