Victimes collat?rales et passivit? nationale

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Il n’y a pas de havre de paix en Ha?ti. Pas de site pr?serv?. Pas de zone prot?g?e. Le village artistique de Noailles l’a appris ? ses d?pends et dans la douleur.

Ce regroupement unique d’artisans sp?cialis?s dans le fer d?coup?, forme la plus ancienne et la plus repr?sentative des secteurs de l’artisanat ha?tien. Il a ?t? attaqu?, victime de la guerre des gangs.

Pour le moment, on d?plore une quinzaine de morts, une douzaine de maisons incendi?es, des familles sinistr?es, plus de 200 d?plac?s.

Depuis quelques jours, l’Association des artistes et artisans de la Croix-des-Bouquets (ADAAC) et la Fondation AfricAmerica alertent sur les tensions qui r?gnent ? Noailles. Les deux structures d?noncent les affrontements entre gangs dans ce village qui regroupe 75 ateliers d’artistes qui font vivre pr?s de 300 familles.

Dans le chaos dans lequel est plong? le pays, personne n’a pu porter secours aux artisans et ? leurs familles. Chacun se prot?ge comme il peut, prend la fuite quand il le peut.

Noailles n’est ni parti du conflit entre gangs ni m?me un but de guerre pour les gangs. Le Village artistique de Noailles est simplement situ? au mauvais endroit au mauvais moment.

Ce qui se passe ? Noailles s’est d?j? produit en divers points de la R?publique d’Ha?ti ces derniers mois. Sans avertissement, sans raison, des quartiers, des demeures, des entreprises ou des institutions deviennent des cibles faciles pour les gangs ou se retrouvent sur la trajectoire de leurs projectiles lors de batailles difficiles ? expliquer.

Aujourd’hui, Noailles avec son cort?ge de morts et de destructions, hier Cit? Soleil, depuis le 1er juin 2021 Martissant. On peut d?rouler toute une liste de victimes collat?rales de la guerre des gangs sans que cela n’entame la passivit? nationale.

R?agir ? cet article

Please enable JavaScript to view the comments powered by Disqus.