Violence des gangs en Équateur: au moins 10 morts et 7 policiers enlevés, selon un premier bilan de la police

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Violence des gangs en Équateur: au moins dix morts et sept policiers enlevés après des journées extrêmement difficiles.

Les violences des narcotrafiquants ont fait au moins 10 morts dont deux policiers en Équateur. Sept autres policiers ont été enlevés, d’après un premier bilan annoncé par la police le mardi 9 janvier dans la soirée. Pour essayer de reprendre le contrôle de la situation, le président Daniel Noboa a décrété l’état de “conflit armé interne”.

“Nous avons le regret de vous annoncer que cet après-midi à Nobol, #Guayas, deux de nos collègues #CboSAlexTaday et #CboSLuisGuanotuña, ont été ignoblement assassinés par des criminels armés. C’est le sacrifice que nous jurons à la Patrie et nous n’aurons de repos que lorsque nous trouverons les responsables de cet acte criminel”, a écrit la police équatorienne qui a aussi recensé huit autres civils tués et trois blessés.

En l’espace d’une journée, deux puissants chefs de gangs se sont évadés. Il s’agit de Adolfo Macias, chef des Choneros (l’un de ces gangs comptant environ 8.000 hommes, selon les experts) et un des chefs de Los Lobos, autre puissant gang de narcotrafiquants, s’est lui aussi évadé.

“Ce sont des jours extrêmement difficiles”, l’exécutif ayant pris “la décision importante de lutter de front contre ces menaces terroristes”, a déclaré le secrétaire à la communication de la présidence, Roberto Izurieta.

Par ailleurs, ces violences ont causé l’enlèvement de sept policiers un peu partout dans le pays, ont rapporté les journaux. Le ministère de l’Éducation nationale face à cette situation est obligé d’ordonner la fermeture provisoire de toutes les écoles du pays.

Les États-Unis sont prêts à fournir de l’assistance à l’Equateur, a déclaré le chef de la diplomatie américaine pour l’Amérique latine, Brian Nichols. Plusieurs autres pays dont le Brésil, le Chili, la Colombie et le Pérou ont exprimé leur soutien au peuple équatorien tout en rejetant cette violence.

Notons que dans ce pays sud-américain de 18 millions d’habitants plus de 7 800 homicides ont été enregistrés et 220 tonnes de drogue ont été saisies l’année dernière. Depuis février 2021, des affrontements dans les prisons ont causé la mort de plus de 460 personnes.

À lire aussi :

Yon responsab nan Vatikan mande legliz katolik repanse règ ki egzije pè yo dwe rete selibatè a