Violence des gangs: l’UNESCO et l’UNICEF lancent un appel au respect du droit des enfants à l’éducation en Haïti

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Violence des gangs: l’UNICEF et l’UNESCO réitèrent leur appel au respect du droit des enfants à l’éducation en Haïti.

Face à la montée de l’insécurité et l’instabilité sociopolitique, l’UNESCO et l’UNICEF dans une déclaration conjointe ont lancé un appel au respect du droit des enfants à l’éducation en Haïti. Ces élèves ont raté plusieurs jours de classes à cause de la violence des gangs. Les deux institutions ont profité pour attirer l’attention de tout le monde sur la fermeture de plusieurs établissements scolaires dans le pays, notamment dans les départements de l’Artibonite et de l’Ouest.

“Au cours des derniers mois, certaines écoles, notamment dans le département de l’Artibonite et dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, ont fermé leurs portes par crainte d’être prises au piège par la violence des groupes armés. De nombreuses fermetures temporaires d’établissements ont également été constatées en raison des mouvements associés à certaines manifestations et protestations à caractère politique et/ou syndicale dans divers départements, notamment dans la Grand’anse et le Nord-Est”, peut-on lire dans cette déclaration conjointe.

Par ailleurs, les deux organisations qui militent dans le secteur de l’éducation et la protection des enfants, invitent tous les acteurs influents de la société haïtienne à contribuer à la protection des élèves, des universitaires, des parents, du personnel enseignant et des archives des établissements d’enseignement, conformément à la déclaration 1 sur la sécurité dans les écoles signée par plus de 111 pays dans le monde, à laquelle Haïti a adhéré.

Sensible à l’éducation des enfants et aux protections de nos élèves, l’UNESCO et l’UNICEF décident de réitérer leur engagement à soutenir les dynamiques favorables à la transformation de l’éducation. “L’éducation est un droit fondamental. Travaillons tous à sa préservation.”,ont-ils lancé.

Rappelons que la violence des gangs dans la région métropolitaine de Port-au-Prince oblige plusieurs établissements scolaires à fermer leurs portes dans des zones contrôlées par des bandits notamment à Martissant, Pernier, Bel-Air, Cité Soleil entre autres.

© UNICEF/Opota

À lire aussi :

“Le Serment des ancêtres” à l’UNESCO