Wyclef Jean sort de son silence et exige la démission du docteur Ariel Henry

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

L’artiste international haïtien, Wyclef Jean sort de son silence et exige la démission du docteur Ariel Henry.

Ces derniers jours, des personnalités ne cessent de s’exprimer sur l’avenir du docteur Ariel Henry à la tête de la Primature. Pour plus d’un, le départ du neurochirurgien est impératif en vue d’éviter une aggravation de la crise multiforme qui ronge notre société depuis des mois.

À travers une publication sur son compte ce mercredi 24 janvier 2024, l’artiste haïtien Wyclef Jean exige la démission du Premier ministre Ariel Henry de son poste. “Dans l’intérêt de tous les Haïtiens, démissionnez au plus vite de votre poste inconstitutionnel de chef d’État de facto et évitez d’être un criminel de guerre.” lit-on dans cette publication.

Dans une interview exclusive accordée à Juno7, Wyclef Jean exprime ses regrets du fait qu’il ne peut faire aucun investissement dans le pays. “Vous imaginez, j’ai fait des investissements même en Afrique mais en raison de l’aggravation de la crise sécuritaire, c’est impossible de le faire ici en Haïti” se désole-t-il.

Questionné sur quel plan peut-on mettre en application si le docteur Ariel Henry laisse le pouvoir, l’artiste international haïtien précise qu’il faut mettre un gouvernement de transition choisit par la population, qui ne fera sans doute pas de protestation. Ce gouvernement aura à organiser les élections et résoudre la crise qui perdure dans notre société.

Par ailleurs, Wyclef Jean a informé après avoir adressé une lettre au Président américain Joe Biden, il sera à la maison blanche en février prochain. Concernant le contenu de la lettre, il a souligné avoir demandé au gouvernement américain qui représente la communauté internationale de mettre fin au support accordé au gouvernement en place dirigé par le docteur Ariel Henry.

Par contre, Wyclef Jean invite les acteurs haïtiens à se mettre ensemble en vue se trouver une solution sans une intervention de l’étranger. “Sans une entente à l’haïtienne, nous ne serons jamais considérés comme un peuple libre” a-t-il ajouté.

À lire aussi :

Journée internationale de l’éducation: le gouvernement haïtien a honoré les lauréats nationaux aux examens d’Etat 2023