Yves-Marie Seraline, <>

The content originally appeared on: Le Nouvelliste

Parce que chaque lieu a son rythme, sa lumiere et agit differemment sur les humains, l’ecrivain Yves-Marie Seraline a deux amours : son pays et Haiti. Pour prendre part au Festival Entenasyonal Literati Kreyol (FEL), il a consenti d’immenses sacrifices. Malgre la conjoncture, malgre les incertitudes, les difficultes le manque de liaisons aeriennes, Seraline est toujours present au festival international de litterature creole. Il est le representant permanent de l’Organisation martiniquaise pour le developpement des arts et de la culture (OMDAC). Cette organisation est un partenaire organisateur de (FEL) depuis trois ans. Specialiste en ingenierie culturelle, Yves Marie Seraline est un soutien eclaire et indefectible de la culture haitienne.

Pour la troisieme edition de Festival Entenasyonal Literati Kreyol qui met en avant l’ecrivain Lyonel Trouillot, Seraline sera present. Il interviendra dans plusieurs ecoles et espaces culturels de la capitale. Interview.

Le Nouvelliste : OMDAC est le partenaire officiel du festival. Qu’apportera l’OMDAC a la troisieme edition ?

Yves-Marie Seraline : Depuis le debut de la realisation de l’evenement, l’OMDAC apporte la touche internationale a travers la presence de son representant qui participe pleinement a toutes les activites du FELK, les conferences et debats, l’animation. Dans cet esprit, j’ai ainsi represente formellement des auteurs de langue creole de plusieurs territoires du sud de l’archipel des Antilles qui m’ont mandate : Dominique, Martinique, Guyane, Guadeloupe, Sainte-Lucie, par la decouverte sous forme d’exposition de centaines d’ouvrages publies par les editeurs de ces pays et territoires.

La plupart de ces livres ont ete offerts d’ailleurs a l’organisation et partenaires a chacun de mes deplacements des deux editions precedentes.

Notre apport a ete d’intensifier la communication dans notre zone geographique pour faire connaitre l’initiative de la Fondation Maurice Sixto et de Anivince Jean-Baptiste et son equipe avec le soutien de nos auteurs qui se sont exprimes l’an dernier dans une video presentee pendant et apres l’edition 2020. J’ai aussi propose que notre action Kreyolfiesta permettant la presence et le lien entre artistes haitiens et moi-meme soit presente autour des creations litteraires.

Pour cette annee, nous continuons cette meme approche en l’enrichissant avec de nouvelles creations publiees, dont mon livre <>, qui est propose, et c’est une premiere pour un auteur non haitien, par les editions FREDA dans le but de lancer une collection internationale. Je soutiens aussi un groupement de jeunes artistes haitiens pour l’animation Kreyolfiesta du 5 decembre en compagnie d’autres artistes qui seront presents.

Le Nouvelliste : Avec quel sentiment vous participez cette annee ?

Yves-Marie Seraline : Je constate que, malgre les enormes problemes du pays qui etaient deja visibles l’an dernier, la culture haitienne fait courageusement face d’une maniere generale a la situation, et le FELK en est un exemple, en maintenant le cap de la valorisation internationale de l’expression litteraire en creole sous l’egide d’Haiti.

Mon sentiment est aussi que cet evenement est unique, differents des festivals de musique, theatre, cinema, que l’on retrouve partout; la litterature c’est la base, il faut ecrire pour avoir des pieces de theatre, des scenarios, des chansons. Je crois aussi qu’il n’y a pas assez de soutien public et que les Haitiens devraient supporter le FELK, non seulement pour soutenir la creation, mais aussi pour faire franchir des etapes decisives dans la bataille pour la langue nationale et l’alphabetisation en creole.

Le Nouvelliste : Quel est le plus beau souvenir que vous avez de ce festival ?

Yves-Marie Seraline : Mes meilleurs souvenirs, c’est l’accueil qui est excellent, mais aussi la presence des jeunes scolaires en particulier presents dans les etablissements educatifs participant au FELK ou les bibliotheques et leur emerveillement devant la variete des livres et de la creation litteraire. Pour le reste, je ne suis evidemment pas surpris par la qualite des artistes haitiens qui s’expriment avec poesie, y compris dans la musique, mais chaque fois c’est d’une grande classe.