Dossier de la rivière Massacre: l’OEA lance un appel au dialogue entre les deux pays

The content originally appeared on: juno7 – Haïti News

Conflit haïtiano-dominicain autour de la rivière Massacre: l’Organisation des États Américains OEA lance un appel au dialogue entre la République dominicaine et Haïti.

Le secrétaire général de l’Organisation des États Américains OEA Luis Almagro via un communiqué de presse invite la République dominicaine et la République d’Haïti à dialoguer au sujet des travaux de construction du cana autour de la rivière Massacre afin de gérer leur différend. Toutefois, il est conscient que les deux pays ont des droits d’usage égaux sur la rivière Dajabón ou Massacre et que ses ressources en eau sont vitales pour les deux nations.

“La situation actuelle ne profite à aucune des deux parties. Il est essentiel que les autorités dominicaines et haïtiennes se rencontrent le plus rapidement possible pour mener un dialogue franc, pour lequel le Secrétariat général de l’OEA et son Secrétaire général sont les mieux placés pour collaborer à la recherche d’une solution bénéfique pour les deux pays”, a déclaré Luis Almagro via le communiqué.

Par ailleurs, Luis Almagro est conscient que les deux pays ont le même droit d’utiliser les eaux de la rivière compte tenu des besoins de leurs habitants, surtout dans le contexte actuel de sécheresse, a-t-il dit avant d’ajouter que cette utilisation doit être assurée conformément au droit international et aux traités en vigueur entre les deux pays.

Malgré ce conflit haïtiano-dominicain qui persiste depuis des jours, l’OEA s’est dit convaincue que les deux parties ont la capacité de garantir mutuellement leur bonne foi pour résoudre ces problèmes.

Face à cette situation, l’instance offre aux deux pays son soutien, soit directement, soit par l’intermédiaire de tout État associé ou organisation sous-régionale, pour collaborer sur tous les aspects nécessaires à la résolution du différend, peut-on lire dans le communiqué.

Pour l’organisation des États Américains, le dialogue et la compréhension mutuelle sont impératifs, en évitant toute tension et en œuvrant pour surmonter les désaccords.

Entre-temps, les travaux de construction du canal se poursuivent à Ouanaminthe et le slogan “kanal p ap kanpe (KPK)” anime la bonne volonté des citoyens haïtiens qui travaillent jour et nuit pour terminer les travaux malgré les décisions anti-haïtiennes prises par le gouvernement dominicain.

À LIRE AUSSI :

Assemblée générale des Nations Unies: le parti EDE dézingue le discours de Ariel Henry